Cannabis et adolescence: cocktail nocif

Les adolescents canadiens seraient parmi les plus grands consommateurs de cannabis au monde.

Coordonnées

Les adolescents canadiens seraient parmi les plus grands consommateurs de cannabis au monde

Les méfaits de cette drogue sur le cerveau des jeunes est pire qu'on ne le pensait, selon une nouvelle étude réalisée par la Dre Gabriella Gobbi, chercheuse en psychiatrie à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM). La nouvelle étude, publiée dans le journal Neurobiology of Disease, montre que la consommation quotidienne de cannabis chez les adolescents causerait dépression et anxiété et pourrait entrainer des effets irréversibles sur le cerveau à plus long terme.

« Nous souhaitions savoir ce qui se passait au niveau du cerveau chez l’adolescent lorsqu’il consomme du cannabis et si il était plus susceptible au niveau neurologique que l’adulte », explique la Dre Gobbi également professeure à l’Université McGill. Les résultats de l'étude, conduite chez des modèles animaux, montrent que le cannabis agiterait sur deux molécules importantes dans le cerveau – la sérotonine et la norépinephrine– impliquées dans la régulation de fonctions neurologiques telles que l’humeur et l’anxiété.

« En effet, chez les adolescents exposés au cannabis, nous avons observé une baisse de la transmission de la sérotonine conduisant à un trouble de l’humeur ainsi qu’une augmentation de la transmission de la norépinephrine conduisant à long terme à une plus grande susceptibilité au stress », livre la Dre Gobbi. De précédentes études épidémiologiques avaient déjà montré l’incidence que pouvait avoir la consommation du cannabis sur le comportement chez certains adolescents. « Cette étude est une des premières se penchant sur les mécanismes neurobiologiques à la base de l’influence du cannabis sur l’état de dépression et d’anxiété chez l’adolescent », affirme la Dre Gobbi.

C’est également la première fois qu’une étude démontre que les traumatismes liés cannabis sont plus graves durant l’adolescence qu’à l’âge adulte. Le Dre Gabrielle Gobbi est chercheuse de l’axe des neurosciences de l’IR-CUSM et également psychiatre et professeur agrégée au Département de psychiatrie de l’Université McGill.

Écouter l'entrevue avec le dre Gobbi (mp3)

Financement Cette étude a été financée par The Canadian Psychiatric Research Foundation (CPRF) Partenaires Cet article a été co-signé par Dr Francis Rodriguez Bambico; Ms Nhu-Tram Nguyen, Mr Noam Katz de l’IR-CUSM et de l’Unité de psychiatrique neurobiologique, département de psychiatrie, Université McGill.

L’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR CUSM) est un centre de recherche de réputation mondiale dans le domaine des sciences biomédicales et des soins de santé. Établi à Montréal, au Québec, il constitue la base de recherche du CUSM, centre hospitalier universitaire affilié à la Faculté de médecine de l’Université McGill. L’Institut compte plus de 600 chercheurs, près de 1 200 étudiants diplômés et postdoctoraux et plus de 300 laboratoires de recherche consacrés à un large éventail de domaines de recherche, fondamentale et clinique. L’Institut de recherche est à l’avant-garde des connaissances, de l’innovation et de la technologie. La recherche de l’Institut est étroitement liée aux programmes cliniques du CUSM, ce qui permet aux patients de bénéficier directement des connaissances scientifiques les plus avancées. L’Institut de recherche du CUSM est soutenu en partie par le Fonds de la recherche en santé du Québec. Pour de plus amples renseignements, consulter l’adresse www.cusm.ca/research.

Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) est un centre hospitalier universitaire intégré, reconnu à l'échelle internationale pour l'excellence de ses programmes cliniques, de sa recherche et de son enseignement. Les hôpitaux partenaires sont : l'Hôpital de Montréal pour enfants, l'Hôpital général de Montréal, l'Hôpital Royal Victoria, l'Hôpital et l'Institut neurologiques de Montréal, l'Institut thoracique de Montréal et le Centre hospitalier de Lachine. Le CUSM a pour objectif d'assurer aux patients des soins fondés sur les connaissances les plus avancées dans le domaine de la santé et de contribuer au progrès des connaissances. www.cusm.ca

À propos du Projet de redéploiement du CUSM Guidé par sa mission et son rôle en tant que centre névralgique du réseau universitaire intégré en santé McGill, le CUSM s'est engagé dans un projet de redéploiement de 2,2 milliard de dollars qui aidera le gouvernement à réaliser sa vision pour la médecine académique au Québec. L'excellence dans les soins aux patients, la recherche, l'enseignement et l'évaluation des technologies sera galvanisée sur trois campus hospitaliers à la fine pointe de la technologie – les campus de la Montagne, Glen et Lachine – ainsi que par le biais de solides relations avec des partenaires en santé. Chacun des campus enregistré LEED sera conçu et construit de sorte à offrir « Les meilleurs soins pour la vie » aux patients et à leur famille dans un environnement propice à la guérison, et ce ancré dans les meilleures pratiques de développement durable, incluant les principes de BOMA BESt. www.cusm.ca/construction