Présentation du premier système mondial d'intubation robotisé

Le développeur de McSleepy utilise « KIS » pour une intubation de haute précision et plus sûre

Coordonnées

Le développeur de McSleepy utilise « KIS » pour une intubation de haute précision et plus sûre

Au départ, il y avait McSleepyTM. L'heure est venue de présenter le premier système d'intubation robotisé dirigé à distance. Ce robot surnommé The Kepler Intubation System (KIS), mis au point par le Dr Thomas M. Hemmerling, spécialiste au Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et professeur en anesthésie à l'Université McGill et son équipe, faciliterait la procédure d’intubation et diminuerait les complications associées au contrôle de la ventilation. La première intubation mondiale entièrement robotisée d’un patient a été réalisée à l'Hôpital général de Montréal par le Dr Hemmerling, ce mois ci.

« Le KIS nous permet d'utiliser un laryngoscope robotisé équipé d’une vidéo et dirigé depuis un poste de travail à distance, explique le Dr Hemmerling, qui est également chercheur en neurosciences à l'Institut de recherche du CUSM. Ce système robotisé permet à l'anesthésiste d'insérer une sonde endotrachéale dans la trachée du patient avec une haute précision.» 

L'insertion d'une sonde endotrachéale permet une ventilation artificielle, utilisée dans la majorité des cas d'anesthésie générale. Insérer correctement cette sonde dans les voies respiratoires du patient est un geste complexe qui nécessite une grande expérience et une excellente pratique. « Les difficultés sont dues aux caractéristiques variables des patients mais il y a également des différences dans les compétences individuelles de gestion des voies respiratoires pouvant influencer la performance de leur gestion en toute sécurité»,  ajoute le Dr Hemmerling. Ces facteurs seraient grandement éliminés avec l'utilisation du KIS

Après avoir réalisé, avec succès, de nombreux essais sur les voies aériennes de mannequins, très proches des conditions réelles d'intubation chez les humains, les essais cliniques sur des patients ont maintenant débuté.

« L’équipement de haute technologie a révolutionné la manière dont la chirurgie est pratiquée, permettant au chirurgien d'exercer avec une plus grande précision et quasiment sans effort physique. Selon moi, le KIS peut apporter à l'anesthésie ce que les systèmes robotisés ont apporté à la chirurgie », déclare le Dr Armen Aprikian, directeur du département d'urologie du CUSM, qui a réalisé l’opération pratiquée sur le premier patient intubé à l'aide de KIS

« Nous pensons que le KIS peut aider les anesthésistes à utiliser leur bras et leurs mains avec moins de force, mais avec une plus haute précision et plus sûrement. Un jour, il pourrait devenir la pratique standard de la gestion des voies respiratoires », conclut le Dr Hemmerling, dont le laboratoire a développé McSleepyTM en 2008, le premier système d'anesthésie robotisé au monde qui permet l'administration automatique de médicaments d'anesthésie.

Des photos sont disponibles sur le site Internet du CUSM : http://cusm.ca/newsroom/dashboard 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

À propos du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) L’un des principaux centres hospitaliers universitaires du monde, le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) est reconnu pour l’excellence de ses programmes cliniques intégrés axés sur les patients, de sa recherche et de son enseignement. Fortement engagé à l’égard du continuum des soins prodigués au sein de sa communauté et partenaire de la faculté de médecine de l’Université McGill, de l’Hôpital de Montréal pour enfants, de l’Hôpital général de Montréal, de l’Hôpital Royal Victoria, de l’Hôpital et l’Institut neurologiques de Montréal, de l’Institut thoracique de Montréal et de l’Hôpital de Lachine, le CUSM met de l’avant des services multidisciplinaires complets, des technologies et des pratiques inédites, des partenariats stratégiques, en plus d’assurer un rôle de leadership sur le plan du transfert des connaissances. Le CUSM s’est engagé sur la voie d’un projet de redéploiement de 2,25 milliards de dollars sur trois campus – les Campus de la Montagne, Glen et Lachine – dans le but d’offrir aux professionnels de la santé un environnement efficace dans lequel les patients et leur famille pourront recevoir Les meilleurs soins pour la vie.  Les campus ont également intégré les meilleures pratiques de développement durable, incluant les principes et lignes directrices LEED® et BOMA BESt.  

www.cusm.ca     www.cusm.ca/construction

 

L'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR du CUSM) est un centre de recherche de réputation mondiale dans le domaine des sciences biomédicales et des soins de santé. Les travaux de recherche sont regroupés autour de 11 axes (ou programmes) de recherche. Établi à Montréal, au Québec, Canada, il constitue la base de recherche du CUSM, centre hospitalier universitaire affilié à la Faculté de médecine de l’Université McGill. L’Institut compte plus de 600 chercheurs, près de 1 000 étudiants diplômés, postdoctoraux et associés consacrés à un large éventail de domaines de recherche fondamentale et clinique. Plus de 1 000 études cliniques sont menées dans nos hôpitaux chaque année. L’Institut de recherche du CUSM est notamment appuyé par le Fonds de la recherche en santé du Québec (FRSQ).

www.cusm.ca/research/

 

À propos de l'Université McGill

Fondée à Montréal, au Québec, en 1821, l’Université McGill se classe comme chef de file parmi les universités canadiennes. McGill compte deux campus, 11 facultés, 10 écoles professionnelles, 300 programmes d’études et au-delà de 35 000 étudiants, originaires de 150 pays. L’Université accueille au-delà de 6 200 étudiants étrangers, qui composent près de 20 pour cent de sa population étudiante. Près de la moitié de ses étudiants ont une langue maternelle autre que l’anglais – dont 6 000 francophones.

www.mcgill.ca