Tabagisme, blessure à la tête et pesticides liés à un trouble du sommeil rare

Facteurs de risque également associés à des troubles neurodégénératifs

Coordonnées

Les résultats d’une nouvelle recherche indiquent que le tabagisme, les blessures à la tête, l’exposition aux pesticides et l’agriculture constituent des facteurs de risque pour un rare trouble du sommeil, qui pousse les personnes qui en sont atteintes à mettre leurs rêves en action. Le trouble en question, connu sous le nom de trouble de comportement en sommeil paradoxal (TCSP), peut parfois entrainer des lésions corporelles et il est souvent un précurseur de maladies neurodégénératives, comme la maladie de Parkinson et la démence. La nouvelle étude, dirigée par le Dr Ronald Postuma, de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM), est publiée dans la version en ligne du journal Neurology®.

Le TCSP se caractérise par l’absence de perte de tonus musculaire que l’on constate normalement pendant le sommeil. Sans cette perte de tonus musculaire, divers comportements peuvent se manifester pendant le sommeil paradoxal, pendant lequel se produisent la plupart des rêves d’apparence réelle. Ces comportement peuvent aller de simples mouvements brusques des membres à des mouvements plus complexes qui peuvent même être de nature violente, entraînant parfois des blessures, soit pour la personne atteinte du TCSP ou pour la personne qui partage son lit. On estime que le TCSP n’affecte qu’environ 0,5 pour cent des adultes, mais les études ont démontré que plus de 50 pour cent des personnes qui présentent ce trouble développent une maladie neurodégénérative.

Afin de compenser les problèmes liés à la taille limitée de l’échantillon, le Dr Postuma et ses collègues ont obtenu le soutien du Rapid Eye Movement Sleep Behaviour Disorder Study Group (RBDSG), ce qui leur a permis d’avoir accès à des données provenant de 13 institutions, réparties dans 10 pays. À partir d’un questionnaire qui évaluait les facteurs de risque potentiels liés à l’environnement et au style de vie, 347 personnes présentant le trouble de comportement en sommeil paradoxal ont été comparées à 347 personnes qui n’en étaient pas atteintes.

L’étude a révélé que les personnes atteintes du TCSP étaient 59 pour cent plus susceptibles d’avoir auparavant subi une blessure à la tête, accompagnée d’une perte de conscience; étaient 67 pour cent plus susceptibles d’avoir travaillé comme agriculteurs; et étaient deux fois plus susceptibles d’avoir été exposées à des pesticides dans le cadre de leur travail. Les personnes atteintes du TCSP étaient aussi moins instruites, ayant en moyenne 11,1 ans de scolarité, comparativement à 12,7 ans de scolarité pour les personnes ne présentant pas ce trouble.

« Jusqu’à maintenant, nous ne savions pas grand-chose des facteurs de risque liés au trouble de comportement en sommeil paradoxal, à l’exception du fait qu’il était plus répandu chez les hommes et les personnes âgées, explique le Dr Postuma, qui est aussi professeur de médecine au Département de neurologie et de neurochirurgie à l’Université McGill. Nous allons dorénavant être en mesure de chercher des moyens d’intervenir dans le processus neurodégénératif chez les patients qui présentent ce trouble. Ils sont les candidats idéaux pour les traitements expérimentaux parce qu’ils en sont aux premiers stades de la dégénérescence neurologique. »

L’étude a bénéficié du soutien du Fonds de Recherche du Québec (FRQ).

À propos du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et de la campagne Les meilleurs soins pour la vie

En tant que l’un des hôpitaux universitaires les plus prestigieux du monde, le Centre universitaire de santé McGill offre des services exceptionnels qui intègrent totalement la recherche, l’enseignement et l’évaluation des technologies dans les soins centrés sur le patient. Fortement engagé dans un continuum de soins au sein de la collectivité, le CUSM est affilié à la Faculté de médecine de l’Université McGill. Ses hôpitaux (l’Hôpital général de Montréal, l’Hôpital Royal Victoria, l’Hôpital de Montréal pour enfants, l’Hôpital neurologique de Montréal, l’Institut thoracique de Montréal et l’Hôpital de Lachine) attachent une grande importance aux services multidisciplinaires à toutes les étapes de la vie, aux techniques et pratiques novatrices, aux partenariats stratégiques ainsi qu’à leur leadership en matière de transmission des connaissances. Actuellement, le CUSM met en œuvre un projet de redéploiement de 2,35 milliards de dollars sur les sites de la Montagne, Glen et Lachine afin d’offrir à ses professionnels de la santé un environnement efficace dans lequel ceux-ci pourront assurer les meilleurs soins pour la vie aux patients et à leurs familles. Les établissements sont aménagés dans le respect des pratiques exemplaires en matière d’environnement, reconnues notamment par les certifications LEEDMD et BOMA BESt. cusm.ca cusm.ca/construction

La campagne Les meilleurs soins pour la vie représente un effort philanthropique sans précédent lancé dans le but de recueillir les fonds nécessaires pour compléter le projet de redéploiement du Centre universitaire de santé McGill et pour mener à terme le plan de développement du capital de cet établissement. cusm.ca/cause



- 30 -
Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Marc-Antoine Pouliot
Coordonnateur aux communications
Affaires publiques et planification stratégique
Centre universitaire de santé McGill
514-843-1560
marc-antoine [dot] pouliot [at] muhc [dot] mcgill [dot] ca (marc-antoine [dot] pouliot [at] muhc [dot] mcgill [dot] ca)