La transformation des soins au chevet (TSAC)

Lancement de la phase II

Le CUSM vient d’entreprendre sa deuxième année de Transformation des soins au chevet (TSAC). Dirigée par Patty O’Connor et le département des soins infirmiers du CUSM, cette initiative vise à augmenter le temps que passent les infirmières et les autres professionnels auprès des patients, en améliorant l’environnement physique et les processus de soins. Selon madame O’Connor, directrice et officier en chef des soins infirmiers au CUSM, « l’objectif de la TSAC est de percevoir les soins du point de vue des patients, pour ensuite entreprendre un partenariat entre le personnel et les patients, afin de développer et de tester de nouveaux processus de travail qui diminueront le gaspillage et les inefficiences, qui amélioreront la qualité des soins ainsi que l’expérience des patients et des familles, et ce, tout en favorisant une approche interprofessionnelle ».

La TSAC se concentre à enseigner aux équipes de premières lignes (composées de membres des différentes équipes interprofessionnelles et de représentants des patients) comment effectuer un cycle rapide d’amélioration des processus à l’aide du cycle Planifier-Faire-Étudier-Agir (Plan-Do-Study-Act), connu sous l’acronyme « PFÉA », de sorte qu’ils puissent s’approprier et diriger les initiatives d’amélioration. Chaque unité de soins choisit les éléments à améliorer, puis effectue des tests simples, incluant des mesures avant et après le changement testé. De nombreux commentaires sur l’expérience des soins aux patients ont également été obtenus au moyen de sondages et d’entrevues avec les patients.

Les résultats de la première année ont été positifs, et, pour la plupart, ont mené à des changements permanents: 1) l’introduction d’une zone de tranquillité pour la transcription des médicaments a entraîné une réduction de 50 % des interruptions et une diminution de 60 % des erreurs de transcription; 2) la relocalisation des équipements a considérablement réduit les pertes de temps, éliminant entre autres les annulations de tests liées au manque de fauteuils roulants pour les déplacements des patients; 3) les patients et le personnel ont repensé une salle de traitement pour la chimiothérapie, réduisant ainsi le temps de préparation au traitement de 57 %; 4) l’introduction d’un processus d’admission interprofessionnel (infirmière, psychiatre et travailleur social) en santé mentale a réduit le temps d’admission de 4,3 à 1 heure, éliminant les redondances, améliorant la communication au sein de l’équipe ainsi que les apprentissages interdisciplinaires.

La phase II de la TSAC a été lancée au CUSM les 27 et 28 septembre derniers. L’implantation se poursuit sur les cinq mêmes unités pilotes sélectionnées en phase I, mais avec des améliorations importantes dans l’approche. Dans la deuxième phase, les équipes continuent à perfectionner leur utilisation des cycles PFÉA pour apporter des améliorations, mais travaillent toutes sur les mêmes types d’améliorations simultanément. Ces améliorations comprennent la refonte de l’environnement physique à l’aide des 5S (Sort, Set, Shine, Standardize, Sustain), la compréhension et l’amélioration de l’expérience de soins du patient ainsi que l’optimisation des processus d’admission et de congé. Nous anticipons des améliorations significatives et continues au niveau des résultats, de même que davantage d’occasions de diffuser dans le réseau les apprentissages et les stratégies d’implantation de changements bénéfiques et durables en ce qui a trait à la façon de prodiguer des soins de haute qualité, centrés sur le patient.