February 2012 Newsletter

From the Director’s Desk

Investing in Life Sciences Pays Off

Dear Colleagues,

Despite my usual optimism, I often find myself struggling with the notion of funding-associated challenges. As such, I decided to take a closer look at our industry’s performance and growth. I must admit that I was pleasantly surprised at what I found.

Version française

In this Issue:

Biomedical research might not the most obvious answer that rolls off the tongue of most people when it comes to our economic growth, but, in spite of popular belief, it is certainly an undeniable economic engine. Indeed, it is not only a major source of innovation, but also one of economic progress and, most importantly, an obvious means of improving people’s health.

In the past decade, the life-sciences industry has outperformed other sectors: According to Statistics Canada, the average salary of biopharmaceutical workers surpassed that of all other industries in Québec. Furthermore, despite the recent worldwide closures of Big Pharma research facilities, the life-sciences industry offers more secure jobs. Finally, investments in biomedical R&D have grown steadily over the last 15 years. The figures don’t lie (See figures a and b for Internal Rate of Return in various sectors). We’re talking about a solid performance.

Value Chain of Biomedical Research

Fundamental and clinical research generate products and process development. Then, production and manufacturing come into play, only to lead the way to commercialization and healthcare delivery. With this full-circle economic cycle, no one can deny that the life sciences offer a great potential for health and economic development.

Figure a: From 2000 to 2010, healthcare venture investing in the United States yielded a gross pooled mean Internal Rate of Return (IRR) of 15%.

Figure b: Breaking down health care into its subsectors, therapeutics companies (pharmaceuticals and biotech) and healthcare services have outperformed medical devices and healthcare software.

Source: Nature Biotechnology, Volume 29, Number 7, July 2011

So why such morose faces?  I believe that it’s a question of historical culture. Biomedical research institutions and companies have relied traditionally and predominantly on governments to finance discoveries and innovation. For years, this approach may have been sufficient but it’s no longer the case. Deep down, we know this to be true and yet, while we have been shifting towards alternative sources of funding for a while now, we are all still a little guilty of relying on standard granting agencies. Instead of fearing the worst when government funding rises and dips, namely fewer opportunities, we need to tackle the funding challenges more creatively. For instance, we also have to explore international funding agencies, foundations, licensing agreements, corporate partnerships and venture capital opportunities with verve. We also have to encourage governments to be creative and develop the innovative partnerships that will help shape our future. 

As researchers, we have the chance to work in an industry that reinvents itself constantly, that our individual and collective efforts in fact help reinvent… As partners, the life sciences industry pays off handsomely, not only in economic dividends but also in positive effects on health outcomes.

I am confident that the great team at the Research Institute of the McGill University Health Centre will continue to be creative, thus generating the favourable circumstances that will usher discoveries and innovation into our healthcare system and into society as a whole.  I trust that our prospective partners will seize the opportunities that we present and also work with us to create others.

After all, life sciences is an industry of discoveries and an exceptional economic engine.

Vassili

 

Kudos !

Professor Nancy Mayo Awarded the 2012 Enid Graham Memorial Lecture Award

Dr. Mayo is a James McGill Professor in the Department of Medicine (Division of Geriatrics and Division of Clinical Epidemiology) and the School of Physical and Occupational Therapy, McGill University. She is also a Research Scientist at the McGill University Hospital Centre Research Institute where she is the head of the Health Outcomes Axis.

The Enid Graham Memorial Lecture is the most prestigious award that the Canadian Physiotherapy Association can bestow upon a Canadian Physiotherapy Association member.

It was established in 1980 to honor Enid Graham. She was founder of the Canadian Association of Massage and Medical Gymnastics (later the Canadian Physiotherapy Association) and a leader in early years of the Association. Helen Gault presented the inaugural lecture in 1981.

 

Grand Challenges Canada Announces Canada’s New Rising Stars in Global Health

CONGRATULATIONS TO DR. CEDRIC YANSOUNI

Grand Challenges Canada announced on February 9, 2012, 15 grants valued in total at more than $1.5 million awarded to some of Canada’s most creative innovators from across the country in support of their work to improve global health conditions.

The fifteen selected researchers are each awarded a $100,000 grant to further develop their innovations. Dr. Cedric Yansouni, from The RI-MUHC is amongst this select group or researchers.

  • Dr. Cedric Yansouni is working on a diagnostic that is cost effective and non-invasive to determine whether a patient has visceral leishmaniasis, a deadly disease 

The grantees were selected through a rigorous peer review process. Among the criteria the proposals needed to meet were Grand Challenges Canada’s Integrated InnovationTM approach, which smoothes the path to implementation of the discovery. Innovators must consider ethical and cultural barriers, the health systems required to deliver the discoveries and the commercialization of their solutions so that they can be distributed to the people who need them, cost-effectively.

Grand Challenges Canada is funded by the Government of Canada through the Development Innovation Fund announced in the 2008 Federal Budget. 

 

Discovery Capsules

Ovarian cancer - the great pretender is exposed

The most deadly type of ovarian cancer often starts outside the ovary. 

The most deadly type of ovarian cancer often starts outside the ovary, causes symptoms, and has the potential to be diagnosed early enough to be treated effectively. These are the findings of the DOvE (Diagnosing Ovarian Cancer Early) study, led by a research team from the McGill University Health Centre (MUHC) and published in The Lancet Oncology. The study has major implications for women around the world and could revolutionize the way this disease is diagnosed. 

“Our results show that women over 50 years with vague symptoms (such as bloating, urinary frequency, and abdominal or pelvic discomfort) are about 10 times more likely to have ovarian cancer than women without symptoms. But the most startling finding is that the deadliest type of ovarian cancer, high grade serous cancer (HGSC), which accounts for 90% of deaths, often starts in the Fallopian tubes rather than in the ovaries,” says Dr. Lucy Gilbert, Director of Gynecologic Oncology at the MUHC, and principal investigator of the DOvE study, which has been running at the Research Institute of the MUHC for the past 4 years. 

For more information: http://muhc.ca/newsroom/news/ovarian-cancer

 

Genetic breakthrough for brain cancer in children

An international research team led by the Research Institute of the McGill University Health Centre (RI MUHC) has made a major genetic breakthrough that could change the way pediatric cancers are treated in the future. The researchers identified two genetic mutations responsible for up to 40 per cent of glioblastomas in children - a fatal cancer of the brain that is unresponsive to chemo and radiotherapy treatment. The mutations were found to be involved in DNA regulation, which could explain the resistance to traditional treatments, and may have significant implications on the treatment of other cancers. The study was published this week in the journal Nature. 

Using the knowledge and advanced technology of the team from the McGill University and Génome Québec Innovation Centre, the researchers identified two mutations in an important gene known as the histone H3.3. This gene, one of the guardians of our genetic heritage, is key in modulating the expression of our genes. “These mutations prevent the cells from differentiating normally and help protect the genetic information of the tumor, making it less sensitive to radiotherapy and chemotherapy,” says Dr. Nada Jabado, hematologist-oncologist at The Montreal Children’s Hospital of the McGill University Health Centre (MUHC) and principal investigator of the study.

For more information: http://muhc.ca/newsroom/news/genetic-breakthrough-brain-cancer-children

 

Saliva HIV test passes the grade

A saliva test used to diagnose the human immunodeficiency virus (HIV), is comparable in accuracy to the traditional blood test, according to a new study led by the Research Institute of the McGill University Health Centre (RI-MUHC) and McGill University. The meta-analysis, which compared studies worldwide, showed that the saliva HIV test, OraQuick HIV1/2, had the same accuracy as the blood test for high-risk populations. The test sensitivity was slightly reduced for low risk populations. The study, published in this week’s issue of The Lancet Infectious Diseases, has major implications for countries that wish to adopt self-testing strategies for HIV.

“Testing is the cornerstone of prevention, treatment and care strategies,” says the study’s lead author, Dr. Nitika Pant Pai, a medical scientist at the RI-MUHC and assistant professor of Medicine at McGill University. “Although previous studies have shown that the oral fluid-based OraQuick HIV1/2 test has great promise, ours is the first to evaluate its potential at a global level.”

For more information: http://muhc.ca/newsroom/news/saliva-hiv-test-passes-grade

 

Emergency Room visits risky for elderly residents from long-term care facilities 

Elderly patients who have visited an emergency department (ED) are three times more likely to develop respiratory or gastrointestinal infections in the week following their return to a long-term care facility, such as a Centre d’Hébergement de Soins de Longue Durée (CHLSD). These are the findings of a new Canadian study published in the Canadian Medical Association Journal today. 

“There certainly seems to be a benefit to isolating residents in the 7 days following their return to a long-term care facility, said Dr. Caroline Quach, an infectious disease specialist from the McGill University Health Centre (MUHC) and the Research Institute of the MUHC and lead author of the study. “In addition to endangering other resident’s health, outbreaks generate a significant workload and financial cost to the healthcare facility.”

For more information: http://muhc.ca/newsroom/news/emergency-room-visits-risky-elderly

 

Operational News

FRQ-S Review

The scientific and administrative evaluation of the Institute by the FRQ-S was held on February 21 (as described in previous newsletters). The evaluation committee consisted of six external examiners from other research centers in Quebec, Manitoba and Nova Scotia, and two members of the FRQ-S. The university, hospital and The RI-MUHC authorities, along with several researchers and students have been met. We would like to thank all the meeting participants that help us present our context and scientific productivity of the last four years. This meeting was also an opportunity to describe to the committee our direction and vision for the next four years. We will keep you informed of the outcome of this review when it becomes available. 

 

Did you know that at the MUHC…?

  • more than 380 researchers conduct clinical research studies
  • more than 1,800 clinical research studies are currently underway
  • more than 199,000 patients are currently participating in these studies

 

Free training

To support you with the regulatory requirements of clinical research, the RI MUHC offers in-class training on Good Clinical Practice (GCP) and the Standard Operating Procedures (SOPs). These courses have a value of over $500 per person and are available free of charge to employees, students and residents working at the MUHC. To date, over 266 persons have registered to this important program.

Sign up 

If you interact with human research subjects and/or involved in the process of submitting studies to the Research Ethics Committee, you must register via the Portal of The RI-MUHC, under the section "Clinical Research" then "Clinical Research Certification".

If you have any questions, please call extension 71457 or QAclinicalresearch [at] muhc [dot] mcgill [dot] ca. We will be happy to assist you.

 

2010-2011 Annual Report of the Research Institute of the MUHC at the Montreal Children's Hospital

The RI at The Montreal Children's Hospital announces the online publication of its 2010–2011 Annual Report on Child Health Research: Building on Our Strengths. The report is accessible under Publications on the MCH Research web-section: http://www.thechildren.com/en/research

Suggestions to improve future issues and feedback on the website are invited. Please convey comments to Alison Burch (alison [dot] burch [at] muhc [dot] mcgill [dot] ca).

 

New Feature Available on the RI Portal

Under the “Accounts Payable” menu of the Finance Section of the RI Portal you can now find documentation in English and French as well as all the forms and relevant policies related to Expense Claims, P-Cards and Setting up a Payment Profile (Direct Deposit Authorizations). Should you not have access to the RI Portal, you can obtain it by contacting ri [dot] it [at] muhc [dot] mcgill [dot] ca. The Finance team will continue to update its RI Portal presence and welcomes any feedback or suggestions, which can be submitted to RIAccountsPayable [at] muhc [dot] mcgill [dot] ca

 

Special Projects

Improving Patient Safety and Quality with Electronic Medication Reconciliation 

Research shows that Adverse Drug Events (ADEs) were the most common type of adverse event. ADEs account for almost a quarter of hospital admissions, and it is estimated that over 55% of ADEs are preventable. 19-23% of all patients released from hospitals suffered from ADEs within 30 days of release, and 14% of patients were readmitted to hospital for that ADE. The lack of complete drug information available to healthcare providers in a timely manner appears to be a major contributor to preventable ADEs.

 

RightRx – The Right Medication from Hospital to Home 

RightRx is the medication review and reconciliation application that is being developed by Dr. Robyn Tamblyn’s PHIRE (Platform for Health Informatics, Research and Exploration) team as part of the $250M Canada Foundation for Innovation award, “Translational Research and Intervention across the Lifespan.” The work is being done in partnership with Syscor, MUHC Department of Pharmacy and The RI-MUHC. The PHIRE development team currently includes 17 full and part-time employees, working out of newly renovated office space at 2155 Guy.

RightRx seeks to facilitate the validation of a patient’s community drugs by electronically providing a patient’s best possible community-based medication list to the hospital care team. In addition, RightRx attempts to help the hospital care team by providing the electronic reconciliation capability at discharge and by enabling timely communication of treatment changes back to the community-based prescribing physicians and pharmacists.

About the RightRx Pilot Study

The RightRx pilot study, currently underway, seeks to reduce ADE-related patient ER and hospital readmissions during the 30 day period following release from hospital, by providing the following three components:

  1. Making available the best possible community-based patient drug list and drug history to the hospital team for validation,
  2. Providing the capability to electronically reconcile community and hospital drugs at discharge, and
  3. Communicating discharge prescriptions to the patient's community-based physicians and pharmacists

The pilot study will consist of randomized control trial pairs from the Montreal General Hospital and the Royal Victoria Hospital, including a combined 47 beds from Geriatrics, 90 beds from Internal Medicine, 63 beds from General Surgery, 59 beds from Thoracic, Cardiac Surgery, and 47 beds from Urology, Plastics and Vascular Surgery. The specific target population will include 3000 RAMQ-insured adults admitted to hospital over a 12-month period.

 

Glen Site

Anyone who drives by the Glen site regularly knows that construction is progressing rapidly. Major achievements include:

  • The outside glass envelope of the offices in the Research Institute building (Bloc E) is complete.
  • The envelope of the two laboratory towers, including the windows, have been installed. The final step includes installing the pre-fab aluminium panels that will create the outer shell of the building’s envelope. This should be completed by late this spring.
  • The atrium in Bloc E is closed, the window curtain at the north end, roof and skylights have been installed.
  • Installation of mechanical piping and ductwork is now underway in the interior portion of Bloc E for the water, heating, ventilation and cooling systems.
  • Walls are going up within level S2.

Stay up to date with the construction progress by checking out the media gallery at: http://muhc.ca/new-muhc 

The official review process of detailed design documents is ongoing. These documents, produced by the McGill Health Infrastructure Group (MHIG), describe the detailed design elements about the building’s structure, the exterior and interior architecture, the electro-mechanical systems, reports, descriptions, space tables, etc. that the MUHC and The RI-MUHC have the contractual obligation to review and provide comments to MHIG. The reviewed and revised documents serve as the official basis of the more detailed drawings required during construction. 

Although the Research Institute is not scheduled to open until early 2015, the procurement process for new equipment is already underway. Fixed or mobile equipment with significant impact on design are the first items to be purchased and installed. Several calls for tenders have already been published on SE@O (https://www.seao.ca/), Quebec’s official public-sector electronic tendering service. These include calls for an effluent decontamination system (kill tank), bulk sterilizers, cages, robotic cage washing system, and biological safety cabinets (B2). Over the next few weeks, calls for tender for laboratory glassware washers, water purification and distribution systems, chemical hoods and a CT scanner will also be published. Shop drawings provided by the selected supplier to the contractor during construction ensure that the required services and infrastructure are in place to receive and install the new equipment.

 

 


 

Bulletin de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill
Février 2012

Mot du bureau du directeur

 

Investir dans les sciences de la vie, c’est rentable

Chers collègues,

Malgré mon optimisme habituel, j’ai souvent du mal avec la notion des défis liés au financement. C’est pourquoi j’ai décidé d’examiner de plus près le rendement et la croissance de notre industrie. Je dois admettre que j’ai été agréablement surpris par ce que j’ai découvert.

English Version

Dans ce numéro :

La recherche biomédicale n’est peut-être pas la réponse qui vient spontanément à l’esprit lorsqu’il est question de croissance économique, mais malgré la croyance populaire, c’est un indéniable moteur économique. En effet, c’est non seulement une source d’innovation majeure, mais, surtout, un moyen évident d’améliorer la santé des gens.

Depuis dix ans, l’industrie des sciences de la vie a surclassé les autres secteurs. D’après Statistique Canada, le salaire moyen des travailleurs du secteur biopharmaceutique a dépassé celui de toutes les autres industries du Québec. De plus, malgré la fermeture mondiale des installations de recherche de Big Pharma, l’industrie des sciences de la vie offre des emplois plus sécuritaires. Enfin, l’investissement en R&D biomédicale a connu une croissance régulière depuis 15 ans. Les chiffres ne mentent pas (voir les figures a et b pour obtenir le taux de rentabilité interne dans divers secteurs). On parle là d’un solide rendement.

La chaîne de valeur de la recherche biomédicale

La recherche fondamentale et la recherche clinique sont à l’origine du développement de produits et de processus. La production et la fabrication entrent ensuite en jeu, pour ouvrir la voie à la commercialisation et à la prestation de soins de santé. Devant ce cycle économique complet, personne ne peut nier que les sciences de la vie offrent un excellent potentiel de développement sur le plan de la santé et de l’économie.

Figure a : De 2000 à 2010, les sociétés d’investissement dans le secteur de la santé qui ont investi aux États-Unis ont obtenu un taux de rentabilité interne (TRI) moyen brut groupé de 15 %.

Figure b : Lorsqu’on fractionne le secteur de la santé en sous-secteurs, les entreprises thérapeutiques (pharmaceutique et biotechnologie) et les services de santé ont surclassé les instruments médicaux et les logiciels de santé.

Source : Nature Biotechnology, volume 29, numéro 7, juillet 2011

 

Alors pourquoi une attitude si morose? Je pense que c’est une question de culture historique. Les établissements et sociétés de recherche biomédicale se sont toujours et surtout fiés aux gouvernements pour financer la recherche et l’innovation. Pendant des années, cette approche a suffi, mais ce n’est plus le cas. Nous le savons au fond, et pourtant, même si nous nous tournons vers d’autres sources de financement depuis déjà un certain temps, nous sommes tous encore un peu coupables de nous appuyer sur les organismes subventionnaires habituels. Au lieu de craindre le pire devant les fluctuations des fonds gouvernementaux, notamment la diminution des possibilités, nous devons aborder le problème du financement avec plus de créativité. Par exemple, nous devons également explorer avec enthousiasme les possibilités offertes par les organismes de financement internationaux, les fondations, les contrats de licence, les partenariats avec des entreprises et le capital de risque. Nous devons également encourager les gouvernements à se montrer créatifs et à mettre sur pied les partenariats novateurs qui contribueront à façonner notre avenir.

En qualité de chercheurs, nous avons la chance de travailler au sein d’une industrie qui se réinvente constamment, que nos efforts individuels et collectifs contribuent en fait à réinventer. Pour les partenaires, l’industrie des sciences de la santé est très payante, non seulement sur le plan des dividendes financiers, mais également en matière d’issues de santé.

Je ne doute pas que l’excellente équipe de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill continuera de faire preuve de créativité et, ainsi, produire la situation favorable qui donnera lieu à des découvertes et à de l’innovation dans le système de santé et l’ensemble de la société. Je suis persuadé que nos partenaires prospectifs saisiront les occasions que nous leur offrirons et travailleront avec nous à en créer d’autres.

Après tout, les sciences de la vie représentent une industrie de découvertes et un moteur économique exceptionnel.

Vassili

 

Bravo!

La professeure Nancy Mayo gagnante du Prix conférence commémorative Enid Graham 2012

Dre Mayo est professeure titulaire de la Chaire James McGill au Département de médecine (Divisions de gériatrie et d’épidémiologie clinique) et à l’École de physiothérapie et d’ergothérapie de l’Université McGill. Elle est également chercheuse à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill où elle est à la tête de l’axe de recherche évaluative en santé.

La Conférence commémorative Enid Graham est le prix le plus prestigieux que décerne l’Association canadienne de physiothérapie à un membre de l’Association. 

Elle a été créée en 1980 pour honorer Enid Graham. Elle est la fondatrice de la Canadian Association of Massage and Medical Gymnastics (qui est devenue l’Association canadienne de physiothérapie) et une chef de file des débuts de l’Association. Helen Gault a présenté la conférence inaugurale en 1981.

 

Grands défis Canada dévoile les nouvelles étoiles montantes du Canada en santé mondiale

FÉLICITATIONS AU DR CEDRIC YANSOUNI

Grands Défis Canada a annoncé le 9 février dernier 15 subventions d’une valeur totale de plus de 1,5 million $ accordées à certains des innovateurs les plus créatifs de partout au pays pour appuyer leurs travaux visant à améliorer les conditions sanitaires dans le monde.

Les quinze chercheurs sélectionnés se voient accorder une subvention de 100 000 $ chacun pour poursuivre le développement de leurs innovations. Le Dr Cedric Yansouni fait partie du group select de chercheurs.

  • Le Dr Cedric Yansouni met au point un diagnostic non invasif, efficace et peu coûteux pour déterminer si un patient a contracté la leishmaniose viscérale, une maladie mortelle. 

Les subventionnaires ont été choisis au terme d’un rigoureux processus d’examen par les pairs. Entre autres critères de sélection, les propositions devaient appliquer l’approche de l’Innovation intégréeTM de Grands Défis Canada, qui facilite la mise en œuvre d’une découverte. Les innovateurs doivent tenir compte des barrières culturelles, des systèmes de santé requis pour appliquer les découvertes et de la commercialisation éventuelle de leurs solutions afin qu’elles puissent rejoindre efficacement et à coût modique les gens qui en ont besoin.

Grands Défis Canada est financé par le gouvernement du Canada dans le cadre du Fonds d’innovation pour le développement, annoncé dans le budget de 2008.

 

Capsules découvertes

Cancer de l’ovaire : le coupable est démasqué

La forme de cancer de l’ovaire la plus mortelle débute dans les trompes de Fallope.

La forme de cancer de l’ovaire la plus mortelle débute le plus souvent à l’extérieur de l’ovaire, entraîne des symptômes et, lorsqu’elle est dépistée à un stade précoce, peut être traitée avec succès. C’est ce que révèlent les résultats de l’étude DOvE (Diagnosing Ovarian Cancer Early) menée par un groupe de recherche du Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Cette découverte, qui fait l’objet d’un article publié dans The Lancet Oncology revêt beaucoup d’importance pour les femmes partout dans le monde; elle pourrait révolutionner les techniques de dépistage et les stratégies de traitement de cette maladie. 

« Nos résultats démontrent que les femmes âgées de plus de 50 ans présentant des symptômes vagues (tels que ballonnements, fréquence urinaire accrue, inconfort abdominal ou dans la région pelvienne) courent dix fois plus de risques d’avoir le cancer de l’ovaire que celles sans symptôme. Toutefois, la conclusion la plus surprenante est que la forme de cancer ovarien la plus mortelle, le cancer séreux de haut grade à l’origine de 90 % des décès attribuables à cette maladie, se développe dans les trompes de Fallope, et non dans les ovaires », déclare la docteure Lucy Gilbert, chef de l’oncologie gynécologique au CUSM et auteure principale de l’étude DOvE, qui est en place à l’Institut de recherche du CUSM depuis maintenant quatre ans. 

Pour plus d’information : http://cusm.ca/newsroom/nouvelles/cancer

 

Percée majeure en génétique : cancer du cerveau chez l’enfant 

Une équipe de scientifiques internationale dirigée par l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR CUSM) a réalisé une percée majeure en génétique qui pourrait révolutionner, à l’avenir, les traitements de cancers pédiatriques. Les chercheurs ont découvert deux mutations génétiques responsables de près de 40 pour cent des glioblastomes chez l’enfant – une des formes les plus mortelles de cancer du cerveau qui ne répond pas aux traitements de chimiothérapie et de radiothérapie. Ces mutations seraient impliquées dans la régulation de l’ADN, ce qui expliquerait la résistance de la tumeur aux traitements traditionnels. Cette découverte pourrait avoir des implications importantes sur le traitement d’autres cancers. L’étude vient d’être publiée dans le journal Nature. 

Les chercheurs ont pu, grâce aux connaissances et à la technologie avancée du Centre d’innovation Génome Québec et Université McGill, identifier deux mutations dans un gène primordial : l’histone H3.3. Ce gène, l’un des gardiens de notre patrimoine génétique, est un élément clé lors de la modulation de l’expression de nos gènes. « Ces mutations empêchent les cellules de se différencier normalement et aident à protéger l’information génétique de la tumeur, la rendant moins sensible aux traitements de chimiothérapie et de radiothérapie », nous explique la docteure Nada Jabado, hématologue-oncologue pédiatre à L’Hôpital de Montréal pour enfants du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et principale chercheuse de l’étude. 

Pour plus d’information : http://cusm.ca/newsroom/nouvelles/percee-majeure-en-genetique-cancer-du-cerveau

 

Le test salivaire pour le VIH fait ses preuves 

Un test salivaire utilisé pour diagnostiquer le virus d’immunodéficience humaine (VIH) est comparable, en termes de précision et d’efficacité, au test sanguin traditionnel. C’est ce que révèle une nouvelle étude conduite par l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR CUSM) et l’Université McGill. La méta-analyse, qui compare des études menées partout dans le monde, a démontré que le test de dépistage du VIH par la salive, OraQuick VIH 1/2, est tout aussi précis que le test sanguin auprès des populations à haut risque. La sensibilité du test diminue légèrement chez les populations à faible risque. L’étude, dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue Lancet Infectious Diseases, a des implications majeures pour les pays qui désirent mettre en place des stratégies d’autodépistage du VIH.

« Le dépistage est la base de la prévention, du traitement et des stratégies de soins », affirme la docteure Nitika Pant Pai, auteure principale de l’étude, scientifique médicale à l’IR CUSM et professeure adjointe de médecine à l’Université McGill. Bien que les études précédentes aient démontré à quel point le test oral OraQuick VIH 1/2 est prometteur, notre étude est la première à évaluer son potentiel à l’échelle mondiale. »

Pour plus d’information : http://cusm.ca/newsroom/nouvelles/test-salivaire-pour-vih-fait-ses-preuves

 

Visite à l’Urgence risquée pour les personnes âgées résidents des CHSLD 

À la suite d’une visite à l’Urgence, les personnes âgées seraient trois fois plus à risque de développer une infection respiratoire ou gastro-intestinale, dans la semaine qui suit leur retour au CHSLD (Centre d’Hébergement de Soins de Longue Durée). C’est ce que montrent les résultats d’une nouvelle étude canadienne publiée aujourd’hui dans le Journal de l’Association médicale canadienne. 

« Il semble certainement y avoir un bénéfice à isoler les résidents au cours de la semaine suivante leur retour au CHSLD, explique la docteure Caroline Quach, microbiologiste-infectiologue au Centre universitaire de santé McGill (CUSM) et à l’Institut de recherche du CUSM, l’auteure principale de l’étude. En plus de mettre en danger la santé des autres résidents, les éclosions de maladies infectieuses génèrent une charge de travail importante et entraînent un coût financier pour l’établissement de santé.»

Pour plus d’information : http://cusm.ca/newsroom/nouvelles/visite-l%E2%80%99urgence-risquee

 

Nouvelles opérationnelles

Examen du FRQ-S

L'évaluation scientifique et administrative de L’Institut par le FRQ-S s'est déroulée le 21 février (tel que décrit dans les bulletins précédents). Le comité d'évaluation était formé de six examinateurs externes provenant d'autres centres de recherche du Québec, du Manitoba et de la Nouvelle-Écosse, ainsi que de deux membres du FRQ-S. Les autorités universitaires, hospitalières, celles de L'IR-CUSM ainsi que plusieurs chercheurs et étudiants ont été rencontrés. Nous aimerions remercier tous les participants à cette rencontre puisqu’ils nous ont permis de présenter notre contexte et notre productivité scientifique des quatre dernières années. Cette rencontre a également été l'occasion de décrire au comité notre orientation et notre vision pour les quatre prochaines années. Nous vous tiendrons informé du résultat de cette évaluation dès qu'il sera disponible.

 

Saviez-vous qu'au CUSM... ?

  • plus de 380 chercheurs conduisent des études de recherche clinique
  • plus de 1 800 études de recherche clinique sont actuellement en cours
  • plus de 199 000 patients participent actuellement à ces études

 

Formations gratuites

Afin de vous supporter au niveau des exigences réglementaires des études cliniques, L’IR-CUSM vous offre des séances de formations en classe sur les Bonnes Pratiques Cliniques (BPC) et sur les Procédures Opératoires Normalisées (SOPs). Ce programme, d’une valeur de plus de 500 $ par personne, est requis afin d'obtenir une certification en recherche clinique et il est offert gratuitement aux employés, étudiants et résidents qui travaillent au CUSM. En date d'aujourd'hui, plus de 266 personnes se sont déjà inscrites à cet important programme.

 

Inscrivez-vous 

Si vous rencontrez des sujets de recherche et/ou si vous effectuez des soumissions au comité d'éthique, vous devez vous inscrire via le Portail de L’IR-CUSM, sous la section "Clinical Research" puis "Clinical Research Certification".

Si vous avez des questions, veuillez composer le poste 71457 ou QAclinicalresearch [at] muhc [dot] mcgill [dot] ca; il nous fera un grand plaisir de vous assister. 

 

Rapport annuel 2010-2011 de l’Institut de recherche du CUSM à L’Hôpital de Montréal pour enfants 

L’IR à L’Hôpital de Montréal pour enfants annonce la publication en ligne de son Rapport annuel 2010–2011 de recherche en santé de l’enfant : bâtir sur nos forces. On peut le consulter à la section Recherche du site Web de L’HME sous la rubrique Publications : http://www.hopitalpourenfants.com/fr/recherche/

Vous êtes invités à faire des observations sur le rapport et à les envoyer à Alison Burch (alison [dot] burch [at] muhc [dot] mcgill [dot] ca).

 

Nouvelle fonctionnalité disponible sur le portail de L’IR 

Dans le menu « Comptes payables » de la Section des finances du portail de L’IR, vous pouvez maintenant trouver de la documentation en anglais et en français ainsi que tous les formulaires et les politiques pertinentes reliés à des demandes de remboursement de dépenses, des P-Cards et à la configuration d’un profil de paiement (autorisations de dépôt direct). Si vous n’avez pas accès au portail de L’IR, vous pouvez l’obtenir en communiquant avec ri [dot] it [at] muhc [dot] mcgill [dot] ca. L’équipe des finances continuera de mettre à jour sa présence sur le portail de L’IR et accueille tous commentaires ou suggestions. Ces derniers peuvent être soumis àRIAccountsPayable [at] muhc [dot] mcgill [dot] ca ( RIAccountsPayable [at] muhc [dot] mcgill [dot] ca).

 

Projets spéciaux  

Améliorer la sécurité des patients et la qualité grâce au bilan comparatif électronique des médicaments

Les recherches démontrent que le principal type d’événement indésirable est attribuable aux effets indésirables des médicaments (EIM). Les EIM représentent près du quart des hospitalisations, et on estime que plus de 55 % sont évitables. On a constaté que de 19 % à 23 % de tous les patients étaient victimes d’un EIM dans les 30 jours suivant leur congé et que 14 % d’entre eux étaient réhospitalisés pour cette raison. Le fait que les dispensateurs de soins n’aient pas accès rapidement à de l’information complète sur les médicaments semble être un important facteur d’EIM évitables.

RightRx – Le bon médicament entre l’hôpital et la maison

RightRx est l’application d’examen et de bilan comparatif des médicaments mis au point par l’équipe de la plateforme PHIRE d’informatisation, de recherche et d’exploration de la santé de la docteure Robyn Tamblyn, dans le cadre de la subvention de la Fondation canadienne de l’innovation de 250 millions de dollars pour « La recherche translationnelle et l’intervention à toutes les étapes de la vie ». Les travaux sont menés en partenariat avec Syscor, le département de pharmacie du CUSM et L’IR-CUSM. L’équipe de mise en valeur de la PHIRE est formée de 17 employés à temps plein et à temps partiel réunis dans des bureaux nouvellement rénovés, au 2155, rue Guy.

RightRx cherche à faciliter la validation des médicaments que prend un patient hors de l’hôpital en fournissant la meilleure liste possible de ces médicaments à l’équipe soignante. En outre, RightRx tente d’aider l’équipe soignante de l’hôpital en fournissant une application de bilan comparatif électronique au moment du congé et en favorisant une communication rapide des modifications thérapeutiques aux médecins prescripteurs et aux pharmaciens de la collectivité.

Le projet pilote RightRx 

Le projet pilote RightRx en cours vise à réduire le nombre de consultations à l’urgence et de réhospitalisations liées à un EIM dans les 30 jours suivant un congé de l’hôpital, grâce aux trois mesures suivantes :

  1. Mettre la liste la plus complète possible des médicaments que prend le patient hors de l’hôpital et ses antécédents médicamenteux exhaustifs à la disposition de l’équipe hospitalière, afin qu’elle puisse les valider.
  2. Fournir l’application permettant de procéder au bilan comparatif électronique des médicaments prescrits à l’hôpital et hors de l’hôpital au moment du congé.
  3. Transmettre les prescriptions remises au patient lors de son congé à ses médecins et pharmaciens dans la collectivité.

Le projet pilote consistera en des paires d’essais aléatoires et contrôlés de l’Hôpital général de Montréal et de l’Hôpital Royal Victoria, incluant 47 lits combinés en gériatrie, 90 lits en médecine interne, 63 lits en chirurgie générale, 59 lits en chirurgie thoracique et cardiaque et 47 lits en urologie, en chirurgie plastique et en chirurgie vasculaire. La population ciblée sera constituée de 3 000 adultes assurés par la RAMQ qui auront été hospitalisés sur une période de 12 mois. 

Site Glen

Ceux qui passent régulièrement près du site Glen savent que la construction avance rapidement. Parmi les grandes réalisations, soulignons les suivantes : 

  • L’enveloppe de verre extérieure des bureaux de l’édifice de l’Institut de recherche (bloc E) est terminée.
  • L’enveloppe des deux tours de laboratoire, y compris les fenêtres, est installée. L’étape finale consiste à poser les panneaux d’aluminium préfabriqués qui formeront la coquille extérieure de l’enveloppe de l’édifice. Elle devrait être terminée à la fin du printemps.
  • L’atrium du bloc E est fermé, le rideau de fenêtre du côté nord, le toit et les puits de lumière sont installés.
  • L’installation de la tuyauterie mécanique et du réseau de gaines est en cours dans la partie intérieure du bloc E afin d’accueillir les systèmes de circulation de l’eau, de chaleur, de ventilation et de refroidissement.
  • Les murs sont en cours d’érection à l’étage S2.

Pour demeurer au courant des progrès de la construction, consultez la galerie de presse, à http://cusm.ca/new-muhc.

Le processus d’examen officiel des documents de conception détaillés est en cours. Ces documents, produits par Groupe immobilier santé McGill (GISM), décrivent les éléments de conception détaillés de la structure de l’immeuble, l’architecture extérieure et intérieure, les systèmes électromécaniques, les rapports, les descriptions, les tableaux des espaces, etc., que le CUSM et l’IR du CUSM ont l’obligation contractuelle de réviser et de commenter pour GISM. Les documents révisés et modifiés servent de fondement officiel aux dessins plus détaillés exigés pour la construction.

Même si l’ouverture de l’Institut de recherche n’est pas prévue avant le début de 2015, le processus d’approvisionnement du nouvel équipement est déjà en cours. L’équipement fixe ou mobile qui a des répercussions importantes sur la conception est acheté et installé en premier. Plusieurs appels d’offres ont déjà été publiés dans le site SE@O (www.seao.ca), le système virtuel officiel d’appel d’offres du Québec dans le secteur public. Ils incluent un système de décontamination des effluents, des stérilisateurs en vrac, des cages, un système robotisé de lavage des cages et des enceintes de sécurité biologique (B2). Au cours des quelques prochaines semaines, des appels d’offres en vue d’acheter des lave-verrerie de laboratoire, des systèmes de purification et de distribution de l’eau, des hottes chimiques et un tomodensitomètre seront également publiés. Grâce aux dessins d’atelier fournis à l’entrepreneur par le fournisseur sélectionné pendant la construction, les services et l’infrastructure nécessaires seront en place pour accueillir et installer le nouvel équipement.