Un couple benevolat : très fier de son réussite

« Faire du bénévolat nous permet de rester jeunes et actifs, » affirme le couple.

Pau and Jeannine Racette, volunteersPaul et Jeannine Racette, qui sont mariés depuis 53 ans, se rendent à l’Hôpital de Lachine en moyenne 4 jours par semaine depuis près de 15 ans. Leur diagnostique? Ils souffrent d’une générosité chronique et incurable. Tout a commencé lorsque M. Racette, qui visitait une cousine hospitalisée, a remarqué le travail de bénévoles sur place, ce qui lui a donné l’envie de s’impliquer lui aussi. « Au début, je venais une journée par semaine, mais j’y ai rapidement pris goût et j’ai même donné la piqûre à ma femme, » raconte-t-il. « De plus, comme j’étais à la retraite et que je ne savais pas quoi faire, j’ai trouvé une façon très agréable et constructive pour occuper mon temps. »

Provenant tous deux de familles où les valeurs familiales sont très importantes et où les grands-parents habitaient dans la maison, ils ont l’habitude de côtoyer les personnes âgées. Parmi leurs tâches, ils discutent notamment avec les résidents, leur rendent visite, les accompagnent hors de leur chambre et aident à la réalisation de diverses activités. Mme Racette confie également : « on le fait en couple parce qu’on aime être ensemble et pouvoir aider les autres en même temps. » 

« Faire du bénévolat nous permet de rester jeunes et actifs, » affirme le couple. « Quand nous devons parfois nous absenter et que nous revenons ensuite, les résidents nous disent qu’ils se sont ennuyés de nous. Ça fait chaud au cœur, » ajoute Mme Racette. « Je me souviens d’une dame qui, malgré qu’elle était résidente au pavillon Camille-Lefebvre depuis 3 ans, ne sortait jamais de sa chambre. À tous les jours, lorsque je faisais la tournée des chambres, j’allais cogner à sa porte et je lui demandais si elle voulait sortir. Un bon jour, contre toute attente, elle a accepté. Après ça, elle a fini par s’ouvrir aux autres, se faire des amis et par sortir de sa chambre à tous les jours. J’ai réussi à la tirer de son isolement et à rendre sa vie meilleure. Je suis très fier de cette réussite, » confie M. Racette.