Les coulisses du projet de modernisation de l'Hôpital de Lachine avec l'équipe de planification du CUSM

Trouver le juste équilibre

« Tout commence par l’écoute, diront Malika Cheloufi et Samia Mostefai, les deux planificatrices du projet de modernisation de l’Hôpital de Lachine au Centre universitaire de santé McGill (CUSM). En tant qu’architectes, nous devons comprendre les besoins des usagers pour pouvoir les interpréter de façon adéquate sur plan, et ensuite pour les transformer en réalité. »

Quelques membres de l’équipe du projet de modernisation de l’Hôpital de Lachine

Quelques membres de l’équipe du projet de modernisation de l’Hôpital de Lachine. De gauche à droite : Noé Djawn White, Ariane Couture, Samia Mostefai, Malika Cheloufi, Teresa Di Bartolo, Michèle Czerednikow et Dominique Daoust.

Pour le moment, Malika et Samia sont au début de ce processus. Au cours des derniers mois, la communauté de l’Hôpital de Lachine s’est donné rendez-vous lors de trois ateliers Lean* afin de développer la vision du projet et de concevoir un environnement de soins et de travail centré d’abord et avant tout sur les patients, mais aussi sur le personnel. (Voir l’encadré : Lachine accélère en mode Lean.) C’est avec le plan clinique approuvé par le ministère de la Santé et des Services sociaux, les résultats des ateliers et les informations recueillies en équipe lors de leurs rencontres avec les usagers que Samia et Malika établiront le plan fonctionnel (PF) de l’Hôpital de Lachine. Leur grand défi? Traduire une vision tout en respectant le budget et les délais prescrits.

« On jongle constamment avec trois éléments : le coût, le délai et la qualité, expliquent les planificatrices. Le plan fonctionnel intègre entre autres les activités, le mobilier, l’équipement, les employés, le type de patients, etc. Nous devons contribuer à améliorer le quotidien des usagers, qui au quotidien se sont adaptés à leur environnement et ne se rendent pas toujours compte des gestes inutiles ou répétitifs provoqués par un mauvais aménagement de l’espace. De plus, nous devons appliquer les normes du Code national du bâtiment. Ce sont des milliers de décisions à prendre, et c’est pour cette raison qu’on doit respecter chaque étape avant de monter les murs. »

De la flexibilité pour évoluer

Une autre caractéristique importante d’un projet d’aménagement réussi est sa flexibilité.

« Que ce soit l’urgence, les salles d’opération, les services ambulatoires ou les unités d’hospitalisation, rien n’est conçu de façon isolée » — Teresa di Bartolo 

« Notre plan fonctionnel doit correspondre aux meilleures pratiques actuelles, note Teresa Di Bartolo, chef des services de planification du CUSM. Cependant, nous sommes confrontés au fait que les soins de santé sont en grande mutation et que la technologie évolue. Nous ne voulons pas planifier quelque chose qui deviendra rapidement obsolète. »

Teresa voit un projet de cette envergure comme un immense casse-tête, où chaque morceau doit s'emboîter pour créer une vision unique. « Que ce soit l’urgence, les salles d’opération, les services ambulatoires ou les unités d’hospitalisation, rien n’est conçu de façon isolée », dit-elle.

L’équipe de planification du CUSM ne sera pas responsable des travaux de rénovation. Aussitôt le PF complété, c’est la Société québécoise des infrastructures (SQI) qui prendra le relais. Cependant, Malika et Samia continueront à participer au projet. Dans leur rôle de liaison entre le constructeur et les personnes à l'intérieur de l'hôpital, elles s’assureront de la conformité au plan de modernisation et de la concrétisation des rêves de la communauté de l’Hôpital de Lachine.

Lachine accélère en mode Lean design

Le troisième atelier de réflexion sur la modernisation de l’Hôpital de Lachine apportait une nouveauté de taille : la participation de la firme génie-conseil GSS à l’exercice. Cette entreprise experte en l'approche Lean Design a notamment contribué au projet de modernisation du CHU de Québec.

« Le projet de modernisation de Lachine est une occasion en or pour repenser la façon qu'on donne les soins et services tout en modernisant nos installations et espaces qui sont plus que centenaires, » dit Noé Djawn White, directeur adjoint intérimaire, Gestion intégrée de l’information, de la performance et de l’amélioration continue. La démarche Lean repose sur l’amélioration continue et le développement des employées et des gestionnaires. Notre collaboration avec GSS nous aidera à tirer profit de leur expertise afin d’innover par le Lean Design et optimiser les hypothèses soumises dans le PF pour la solution immobilière. D’ici là, il s’agirait d’améliorer les processus cliniques, administratifs et de soutien. »

Pour la gestionnaire du projet Michèle Czerednikow, la sensibilisation des employés et des parties prenantes aux avantages de la méthode Lean contribue de façon importante à la réussite du projet.

« Chaque atelier Lean vise un des livrables du programme fonctionnel, explique Michèle. En restant centré sur cet objectif, il est possible d'atteindre un consensus. Le but ultime est d’avoir un centre de santé serti dans sa communauté immédiate tout en profitant de son appartenance au CUSM, auquel il apporte sa contribution au chapitre des soins, de l’enseignement et de la recherche. »