De bonnes stratégies de prévention peuvent assurer une meilleur sécurité à votre enfant

Debbie Friedman
Debbie Friedman, chef du Programme de traumatologie pour enfants et adolescents de l'Hôpital de Montréal pour enfants, insiste : « Nous traitons toutes les blessures avec les meilleurs soins possible. »

Un enfant peut s'exposer facilement à des blessures très sérieuses en moins d'une seconde. Qu'il voyage en autobus, qu'il soit assez vieux pour traverser la rue seul ou pour se déplacer à bicyclette ou que vous soyez membre d'un groupe de covoiturage, la rentrée scolaire est un temps idéal pour revoir les notions de sécurité routière avec lui.

Chaque année, le Service d'urgence de l'Hôpital de Montréal pour enfants (HME) traite plus de 14 000 enfants et adolescents de toutes les régions du Québec pour des blessures graves causées par des accidents. Environ 650 à 700 d'entre eux subissent des blessures assez sérieuses pour exiger une hospitalisation et un suivi avec un spécialiste du Programme de traumatologie pour enfants et adolescents.

La prévention joue un rôle crucial dans les moyens d'éviter les blessures. Debbie Friedman, chef du Programme de traumatologie pour enfants et adolescents de l'HME, insiste sur ce point : « Nous traitons toutes les blessures avec les meilleurs soins possible. Par contre, un accident n'est pas totalement imprévisible. En effet, la plupart des blessures peuvent être évitées, et leur traitement le plus efficace reste la prévention. »

Si les parents doivent enseigner les règles de sécurité à l'intérieur et autour d'un autobus scolaire à leurs enfants, le Dr Dominic Chalut, ancien directeur du Service d'urgence de l'HME, souligne que les conducteurs devraient accroître leur vigilance et mieux se responsabiliser. « Dans les zones scolaires, la limite inférieure de vitesse donne suffisamment de temps aux conducteurs pour réagir et arrêter leur véhicule. Si un enfant se fait frapper dans une telle zone, l'impact sera moins fort, il se rétablira plus rapidement et souffrira moins de conséquences à long terme. »

Debbie Friedman, pour sa part, adresse un message sérieux aux parents et aux aidants : « Beaucoup de gens me disent que la sécurité leur tient à coeur. Par contre, la supervision des enfants peut vouloir dire différentes choses selon la personne. Quand les parents encouragent leurs enfants à être actifs, ils doivent être conscients de tous les risques possibles, connaître toutes les recommandations pour faire de bons choix et pardessus tout, donner le bon exemple ! »

safety

Si vous désirez obtenir plus d'information sur ce programme ou sur d'autres formes de prévention des blessures ou des accidents, communiquez avec le Programme de traumatologie pour enfants et adolescents de l'Hôpital de Montréal pour enfants au 514 934-1934, poste 23310..

 

 


safety


 

 

QUELQUES CONSEILS AFIN D'ÉVITER DES ACCIDENTS À VOS ENFANTS

Dans l'autobus scolaire

  • Il faut toujours attendre que l'autobus soit complètement immobilisé et que les portes soient ouvertes avant de se lever de son siège.
  • Il faut toujours traverser la rue devant l'autobus, jamais derrière, et garder un contact visuel avec le chauffeur.
  • Il faut demeurer assis quand l'autobus se déplace, garder les bras et les pieds à l'intérieur de l'autobus et l'allée libre.

Sur une route

  • Il faut traverser la rue à des endroits sûrs, comme aux feux de circulation et aux intersections où l'on retrouve des signaux d'arrêt et des trottoirs. Ne jamais traverser entre deux voitures stationnées.
  • Il faut apprendre à s'arrêter avant de s'aventurer sur une route, toujours regarder et écouter attentivement avant de traverser la rue.
  • À bicyclette, il faut toujours porter un casque protecteur approuvé et bien ajusté qui s'attache à l'aide d'une mentonnière.

Dans la voiture

  • Il faut utiliser un siège d'auto pour enfant sécuritaire, bien installé et adapté à son âge, un siège d'appoint ainsi que des ceintures de sécurité.
  • Il ne faut jamais attacher ses enfants en double afin de prendre plus de passagers pour le covoiturage.
  • Il faut respecter les limites de vitesse et conduire lentement dans les zones scolaires et résidentielles.
  • Les enfants de moins de 13 ans ne devraient jamais s'asseoir à l'avant, au cas où le sac gonflable s'activerait.