Un survivant du cancer devenu nouveau papa grâce au Centre de reproduction du CUSM

Le docteur Peter Chan, directeur du programme de la médecine de reproduction masculine du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), explore des façons de sélectionner et d’isoler le sperme le plus sain et le plus vigoureux afin d’améliorer l’efficacité des traitements de fertilisation in vitro (FIV).

À 27 ans, lorsque Jay Bouvier s’apprêtait à subir son premier traitement de chimiothérapie contre un lymphome non hodgkinien, son oncologue lui a demandé s’il souhaitait être père un jour. Monsieur Bouvier se souvient : « Je lui ai répondu ”Oui, c’est dans mes plans“. » Avant d’entreprendre les six mois de chimiothérapie qui le rendraient infertile, il s’est rendu au Centre de reproduction du CUSM et a mis son sperme en banque. Peu après sa chimiothérapie, son cancer a récidivé, et il a subi une greffe de moelle osseuse provenant d’un don de l’un de ses frères. Six ans plus tard, libéré du cancer, il a épousé Isabelle, et le couple a entrepris un traitement de FIV. Comme il avait le cancer au moment de mettre son sperme en banque, monsieur Bouvier s’inquiétait de la santé et de la viabilité de ses spermatozoïdes. Il a donc participé à une étude dirigée par le docteur Chan pour tirer profit de l’approche de celui-ci envers la sélection des spermatozoïdes. À la troisième tentative, Isabelle est tombée enceinte et a donné naissance à deux jumeaux en santé, sur la photo ci-contre.