Vous prévoyez un voyage sous les tropiques?

Revenez avec des souvenirs, pas une infection
Dr. Michael Libman discusses the infectious diseases and other medical problems prevalent in this traveller's vacation destination.

Acheter de la crème solaire et changer de l’argent en devises étrangères figurent sur la liste des « choses à faire » avant de partir en vacances sous les tropiques. Cependant, la chose la plus importante sur la liste est peut-être de vérifier les risques potentiels pour la santé de la destination de votre choix ; un réflexe bien souvent négligé. Malheureusement, chaque année, les vacances de rêve de nombreux Canadiens virent au cauchemar en raison de maladies qui pourrait être évitées.

« Certaines personnes croient qu’un safari au Kenya est comparable à un voyage à Disney World », partage Dr Michael Libman, directeur de la division des maladies infectieuses et du Centre des maladies tropicales J.D. MacLean du Centre universitaire de santé McGill (CUSM). « Bien entendu, ce n’est pas le cas. C’est pourquoi je conseille aux voyageurs de consulter quelqu’un qui connaît les maladies infectieuses et les autres problèmes médicaux prévalents dans leur destination de voyage, plutôt que de se fier à un agent de voyages. »

Dr. Momar Ndao holds a nematode, commonly known as round worm. This parasite, which infects human and carnivorous animal intestines, can reach up to 40 centimetres. It is commonly found in tropical and subtropical areas where sanitation is inadequate.

RESSOURCES POUR LES VOYAGEURS SUR LES MALADIES

  • Clinique pré-voyage
    Centre des maladies tropicales J.D. MacLean
    Rendez-vous : 514 934-8462
    www.medicine.mcgill.ca/tropmed/

Chaque année, l’équipe de la clinique des maladies tropicales au CUSM, traite environ 1200 personnes qui ont contracté une maladie pendant leurs vacances. « Les voyageurs devraient obtenir de l’information sur leur itinéraire de voyage afin que nous puissions évaluer les risques », ajoute le Dr Libman. Ils peuvent venir nous rencontrer à notre clinique de pré-voyage ou visiter des sites Internet officiels (consultez la section Ressources pour les voyages : information sur les maladies). »

Selon le Dr Libman, tous les voyageurs qui se dirigent vers une destination tropicale devraient prendre des mesures préventives. Cela inclut l’insectifuge pour prévenir les piqûres d’insectes, s’assurer que les aliments que l’on consomme sont cuits et chauds, et que toutes  les boissons, y compris le thé, le café, et plus particulièrement les cocktails et les glaçons, proviennent d’eau bouillie ou embouteillée. « Beaucoup de gens ne prennent pas de précautions », se désole-t-il. « C’est probablement l’une des raisons pour lesquelles autant de voyageurs ont la diarrhée lorsqu’ils vont dans des endroits comme Cuba, le Mexique ou la République dominicaine. »

La diarrhée peut être due à des bactéries, des parasites ou des virus, et c’est de loin le problème le plus courant que vivent les voyageurs qui vont dans le Sud. « Le risque d’avoir la diarrhée après avoir passé une semaine dans un endroit où il y a des problèmes d’assainissement et d’hygiène est d’environ 25 % », indique Dr Libman.

Cependant, voyager plus loin que l’Amérique centrale ou les Caraïbes peut nécessiter de prendre des précautions plus importantes. La maladie tropicale qui est la plus préoccupante est la malaria, qui se transmet par la piqûre d’un moustique infecté. Les zones à risque plus élevé sont l’Afrique, l’Asie du Sud-Est et l’Amérique latine. « Nous sommes préoccupés par cette maladie, car elle peut rapidement devenir fatale », affirme Dr Momar Ndao, directeur du Centre national de référence en parasitologie de l’Institut de recherche du CUSM. « Il est très important de s’assurer si la malaria est présente dans la région où vous voyagez. Dr Ndao insiste sur le fait que la prise de médicaments approuvés doit être privilégiée par rapport aux traitements naturels comme les probiotiques, les plantes ou encore l’ail.

Récemment, il a été rapporté que des maladies tropicales et épidémiques telles que la malaria, le choléra et la dengue se propagent en raison du réchauffement climatique. « Le sud des États-Unis est en train de devenir un pays tropical », constate Dr Libman. « Tout récemment, la dengue se propageait en Floride, et au cours des derniers mois, il y a eu une importante épidémie de dengue dans les Îles de Madère au Portugal. Comme je dis toujours, la meilleure façon de voyager est de s’informer et de penser à la prévention. Ainsi, vos vacances de rêve le resteront. »