Téléphone cellulaire : le CUSM lève les restrictions sur son utilisation dans les hôpitaux

La nouvelle politique s’accompagnera du lancement d’un réseau Wi-Fi gratuit dans l’ensemble du CUSM

Coordonnées

Le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) est devenu le premier centre hospitalier du Québec à permettre aux patients et aux visiteurs d’utiliser leur téléphone cellulaire au sein de l’institution. Cette décision fait suite à la réalisation d’un projet pilote dont les résultats se sont avérés favorables, après que l’on eut évalué l’utilisation des téléphones cellulaires dans certaines zones du CUSM. Bien que certaines restrictions continuent de s’appliquer, l’utilisation des téléphones cellulaires sera autorisée dans la plupart des salles d’attente, des cliniques et des salles destinées aux patients, et ce, sur les six sites du CUSM. La nouvelle politique va ainsi donner plus de liberté aux patients qui voudront communiquer avec les membres de leur famille et leurs amis, tout en assurant la sécurité et le respect de la vie privée des patients.

Depuis des années, les hôpitaux de l’ensemble du Canada et d’ailleurs dans le monde restreignent l’utilisation des téléphones cellulaires dans leurs locaux, de crainte que ces appareils ne créent de l’interférence avec l’équipement médical et dans le but d’offrir un environnement paisible et calmant aux patients. Toutefois, des études récentes démontrent que l’utilisation des téléphones cellulaires modernes est sécuritaire à proximité de pratiquement tous les types d’équipement d’hôpital.

« De nos jours, l’utilisation du téléphone cellulaire dans les hôpitaux est davantage une question de respect d’autrui », explique Mme Sylvie Beausoleil, directrice de la gouvernance de la sécurité au CUSM. « Près de 75 pour cent des Canadiens possèdent un téléphone cellulaire; pour bon nombre d’entre eux, ces appareils jouent un rôle essentiel pour leur permettre de communiquer avec des amis et des membres de leur famille ainsi que pour sauvegarder divers renseignements, comme les coordonnées d’un professionnel de la santé et de leurs rendez-vous. Il n’est plus nécessaire d’interdire complètement l’utilisation du téléphone cellulaire, tout comme il est irréaliste de le faire. »

Cet été, le CUSM a lancé un projet pilote, qui a évalué les effets de l’utilisation du téléphone cellulaire dans certaines zones de l’Hôpital général de Montréal. « Nous avons demandé aux utilisateurs de respecter quelques règles simples », commente Mme Beausoleil. « Faire preuve de respect en mettant leur appareil sur le mode vibreur au lieu de sonnerie, parler doucement, ne pas avoir de longues conversations téléphoniques et ne pas utiliser l’appareil-photo ou la caméra du téléphone sans avoir obtenu d’autorisation préalable. »

Les résultats de la phase pilote se sont avérés nettement positifs. « Nous allons continuer de restreindre l’utilisation du téléphone cellulaire dans les zones où les patients malades ou l’équipement peuvent être sensibles à l’utilisation de ce type d’appareil, mais partout ailleurs dans nos établissements, les restrictions ont été levées », ajoute Mme Beausoleil. De nouveaux panneaux de signalisation ont été installés dans les six hôpitaux du CUSM, soit l’Hôpital général de Montréal, l’Hôpital Royal Victoria, l’Hôpital de Montréal pour enfants, l’Hôpital neurologique de Montréal, l’Institut thoracique de Montréal et l’Hôpital de Lachine, afin d’indiquer où l’utilisation du téléphone cellulaire est permise et où elle est interdite. 

Le CUSM lance aussi progressivement un réseau Wi-Fi gratuit, qui aidera les patients à rester en contact avec leurs parents et leur famille pendant leur hospitalisation. « Nous avons fait preuve de diligence pour trouver la meilleure solution possible pour les patients et pour le personnel quant à l’utilisation des appareils de communication sans fil. La nouvelle politique fait suite à un processus de prise de décision éclairé et à de nombreux tests visant l’équipement médical » conclut Mme Beausoleil.