Pour des informations à jour sur les activités du CUSM, consultez notre page web consacrée à la COVID-19 .

Comment est évaluée la réponse à la SMTr?

Les échelles d’évaluation standard utilisées au sein de la communauté de la recherche pour évaluer la dépression et les symptômes d'anxiété sont employées à Unité de neuromodulation CUSM-SMTr :

  • Échelle de dépression de Hamilton (HAM-D), aussi appelée la Hamilton Depression Rating Scale (HDRS)
  • Inventaire de dépression de Beck (BDI-II)
  • Échelle d'anxiété de Hamilton (HAM-A)

Ces échelles sont reconnues par la communauté médicale comme étant des mesures valides et fiables pour les patients souffrant de dépression et ont été utilisées pour évaluer les états d'humeur dans de nombreuses études publiées sur la SMTr et la dépression.

  

Lésion cérébrale traumatique (LCT)

Bien que certains patients récupèrent en quelques jours d'une légère LCT, nombreux sont ceux qui restent avec des symptômes post-commotionnels cérébraux persistants, notamment une humeur dépressive, des problèmes d’attention et de concentration qui peuvent suggérer des dommages au cerveau malgré l'absence de signes sur l'imagerie clinique de routine (la tomodensitométrie du cerveau ou l`imagerie par résonance magnétique). Les troubles cognitifs, émotionnels, comportementaux et physiques chez les personnes ayant subi une LCT entraînent des handicaps fonctionnels importants au quotidien et aussi des coûts de santé élevés pour celles-ci.

Actuellement, il existe peu d’options d’interventions thérapeutiques et de prise en charge pour les personne ayant subi une LCT. Les seules options présentement disponibles sont la pharmacothérapie, la réadaptation cognitive et l'éducation du patient.

Nous étudions actuellement le potentiel de la SMTr pour accélérer la récupération des symptômes (la dépression comprise) et pour faciliter le retour à la normale des activités de la vie quotidienne des personnes ayant subi une LCT. Les séances de SMTr cibleront le CxDLPFC, l'une des régions corticales où nous avons observé une réduction significative de l'activation du cerveau après une LCT avec l`imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf).

La SMTr est connue pour produire des changements localisés dans l'activité corticale par une augmentation de l’excitabilité en zone préfrontale. En outre, des données récentes ont montré que la SMTr peut moduler les régions du cerveau distales et potentiellement renforcer les liens entre les régions du cerveau.