20% d'individus présenteraient un taux élevé de lipoprotéine (a)

Selon une étude de l'IR-CUSM, la diminution de cette forme de cholestérol pourrait réduire considérablement l'incidence des maladies cardiovasculaires

Montréal – Une équipe de chercheurs de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) a établi qu'une crise cardiaque sur quatorze et une maladie de la valve aortique sur sept sont dues à l'augmentation d'une forme peu commune de cholestérol appelée Lipoprotéine (a) ou Lp(a).

Ce type de cholestérol ne fait habituellement pas l'objet d'un dépistage au Canada, c'est pourquoi la plupart des individus ignorent s’ils présentent des risques. En outre, il n'existe pas de traitement pour abaisser ce cholestérol. Toutefois, de nouvelles thérapies sont en cours de développement et les chercheurs souhaitent montrer, au travers de cette étude, à quel point la réduction du taux de Lp(a) peut avoir un impact important sur la population.

D'après le Dr George Thanassoulis, chercheur à l'IR-CUSM et principal auteur de l'étude publiée dans le journal scientifique Arteriosclerosis, Thrombosis, and Vascular Biology, « Un individu sur cinq environ présente un taux élevé de Lp(a), une forme de cholestérol hautement héréditaire. Nous espérons que notre travail sensibilisera la population aux risques élevés de maladies cardiovasculaires chez les personnes ayant un fort taux de Lp(a), tout en accélérant la mise au point et l'expérimentation des nouveaux traitements. »

Lipoprotéine A

 

À propos de l’étude

L’étude Estimating the Population Impact of Lp(a) Lowering on the Incidence of Myocardial Infarction and Aortic Stenosis a été coécrite par Mehdi Afshar, Pia R. Kamstrup, Ken Williams, Allan D. Sniderman, Børge G. Nordestgaard et George Thanassoulis, et a été publiée dans le journal Arteriosclerosis, Thrombosis, and Vascular Biology.

 

Financement
Cette recherche a reçu du financement des Instituts de recherché en santé du Canada, la Fondation des maladies du cœur et les ACV du Canada, Fonds de Recherche Québec – Santé, Doggone Foundation

Financement

Cette recherche a reçu du financement de la Fondation du CUSM, des Instituts de recherche en santé du Canada, la Fondation des maladies du cœur et les ACV du Canada, Fonds de Recherche Québec – Santé

 

À propos de l’IR-CUSM

L’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) est un centre de recherche de réputation mondiale dans le domaine des sciences biomédicales et de la santé. Établi à Montréal, au Canada, l’Institut, qui est affilié à la faculté de médecine de l’Université McGill, est l’organe de  recherche du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) – dont le mandat consiste à se concentrer sur les soins complexes au sein de sa communauté. L’IR-CUSM compte plus de 460 chercheurs et près de 1 300 étudiants et stagiaires qui se consacrent à divers secteurs de la recherche fondamentale, de la recherche clinique et de la recherche en santé évaluative aux sites  Glen et à l’Hôpital général de Montréal du CUSM. Ses installations de recherche offrent un environnement multidisciplinaire dynamique qui favorise la collaboration entre chercheurs et tire profit des découvertes destinées à améliorer la santé des patients tout au long de leur vie. L’IR-CUSM est soutenu en partie par le Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS). ircusm.ca

 

Contact média

Valérie Harvey
Communications - Recherche, Centre Universitaire de Santé McGill
valerie [dot] harvey [at] muhc [dot] mcgill [dot] ca
514 934-1934 poste. 71381