Mise à jour importante concernant les visites aux patients du CUSM. En savoir plus .

Journée mondiale de lutte contre le sida – Une conversation avec le Dr Jean-Pierre Routy

Le point sur la recherche et les soins aux personnes vivant avec le VIH, près de deux ans après le début de la pandémie de COVID-19

 

À l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, nous avons parlé au Dr Jean-Pierre Routy, directeur clinique du Service des maladies virales chroniques au CUSM, scientifique senior au sein du programme en maladies infectieuses et immunité en santé mondiale à l’Institut de recherche du CUSM et directeur du Réseau SIDA et maladies infectieuses du FRQS. Le Dr Routy est aussi le coprésident de la Conférence internationale sur le sida 2022 qui se tiendra du 29 juillet au 2 août 2022 à Montréal.

Dr. Jean-Pierre Routy, Clinical Director of the Chronic Viral Illness Service at the MUHC, Senior Scientist in the Infectious Diseases and Immunity in Global Health Program at the Research Institute of the-MUHC and Director of the FRQS AIDS and Infectious Diseases Network
Dr Jean-Pierre Routy

Pour souligner cette journée mondiale de lutte contre le sida, vous organisez une soirée hommage aux pionniers de la réponse du Québec au VIH-SIDA.

Nous voulons rendre hommage aux médecins et aux acteurs terrain qui ont amorcé la lutte au sida au Québec il y a 40 ans, parler des progrès qui ont été faits et commémorer les victimes du VIH. La soirée sera animée par Yanick Villedieu, journaliste scientifique à Radio-Canada avec des pauses littéraires sélectionnées par l’auteure Catherine Mavrikakis et lues par Jean Marchand, entre les témoignages des pionniers.

Vous parlez de progrès… Aujourd’hui, où en est la recherche sur le VIH-sida ?

Après 40 ans de recherche, il n’y a toujours pas de vaccin efficace contre le VIH. Le défi est de développer un vaccin anti-VIH qui ne crée pas d’inflammation, ce qui a été un échec jusqu’à maintenant.

En fait, le génie du VIH, c’est d’infecter des cellules lorsqu’elles entrent en phase inflammatoire pour combattre un ennemi. Les cellules « crient au loup », et le loup — ici le VIH — les infecte plus facilement, car il sait où elles sont ! Ce mode d’action est unique au VIH, qui infecte les lymphocytes CD4 qui sont au centre de la coordination de la réponse immunitaire. On sait d’ailleurs que c’est dans le colon qu’il y a plus de cellules CD4 et donc de VIH, parce que les cellules sont plus enflammées.

Pour cette raison, le développement récent des connaissances sur le microbiome digestif revêt un grand intérêt pour la recherche sur le VIH. Tous les jours, les cellules immunitaires de l’intestin doivent stopper des microbes tout en permettant l’absorption des nutriments. L’altération de ces cellules immunitaires contribue à un syndrome inflammatoire relié au passage exagéré de particules microbiennes dans le sang. Cette régulation pourrait être modifiée par des médicaments agissant notamment dans l’espace digestif, comme le suggère une récente étude que nous avons publiée dans PNAS.

Par contre, les résultats que l’on n’a pas obtenus avec les vaccins, on les a atteints avec les médicaments antirétroviraux, qui sont aujourd’hui d’une puissance inouïe. Ces traitements permettent d’atteindre et de maintenir une charge virale indétectable et donc un arrêt de la transmission par voie sexuelle — d’où l’équation indétectable = intransmissible (i=i). Les personnes vivant avec le VIH qui sont traitées ne transmettent plus le virus. Pour les personnes qui ont des comportements à risque, la prise quotidienne de médicaments les protège contre l’acquisition du virus, mais pas contre d’autres infections transmissibles sexuellement.

Dans ces deux types de traitements, les personnes doivent prendre leurs médicaments de façon quotidienne, ce qui est parfois difficile. Ce qu’on développe maintenant, c’est un médicament injectable à longue action, qui pourrait protéger durant 6 mois. Une version sur deux mois est déjà commercialisée au Canada ; son développement a été retardé par la pandémie de COVID-19. La version sur six mois devrait avoir beaucoup plus d’impact.

Comment la pandémie de COVID-19 a-t-elle affecté la recherche et les soins ?

Comme d’autres maladies, le sida a été sous l’ombre de la COVID-19. Beaucoup d’argent en recherche a été investi sur la COVID-19. Souvent, ce sont les mêmes médecins qui travaillaient sur le VIH qui se sont penchés sur le SRAS-Cov-2. Donc forcément, la recherche a ralenti un peu.

Du côté des soins et de la prévention, la pandémie a eu comme effet de nuire au suivi de certains patients. Environ 10 % des patients ont arrêté leur traitement ou ont interrompu leur suivi médical, ce qui a mené, pour certains, à des hospitalisations. Certains patients ont perdu leur emploi et ont cessé de se procurer le médicament suite à une baisse de revenus. Il y a aussi eu moins de tests effectués, car des centres de dépistage ont fermé. On n’a pas encore de chiffres précis, mais cela a certainement eu des impacts sur la santé et favorisé la transmission du VIH.

Que souhaitez-vous pour l’avenir ?

La COVID-19 a des effets dramatiques dans le monde, mais demeure bénigne dans la majorité des cas. Le VIH en revanche affecte les personnes pour toute leur vie et demeure une source majeure de stigmatisation.

Il est important de se réengager et de suivre la science — le thème de la prochaine Conférence internationale sur le sida 2022, qui aura lieu à Montréal l’été prochain. Il faut réengager les patients, la prévention, les recherches pour un vaccin et l’industrie pharmaceutique. Tout cela doit s’appuyer sur la science, et cela implique de combattre les discours anti-migrants et anti-LGBTQ2+. Lorsqu’il s’agit de maladies transmissibles, il ne faut jamais baisser la garde.