Les options de traitement pour préserver la fécondité des femmes

La préservation de la fécondité est un traitement offert aux patients avant de subir une chimiothérapie ou une radiothérapie qui peut affecter leur capacité à reproduire. La préservation de la fécondité pour les patients atteints de cancer est le seul traitement présentement couvert par le Programme québécois de procréation assistée.

 


 

En raison des progrès continus que connaît le traitement du cancer, de plus en plus de jeunes adultes atteints du cancer envisagent leur traitement avec espoir pour l’avenir. Toutefois, certains traitements anticancéreux peuvent avoir des effets graves et durables sur les organes reproducteurs et sur la fertilité. 

Chez la femme, le traitement anticancéreux peut appauvrir la réserve d’ovocytes (ovules) dans les ovaires et entraîner la ménopause précoce.

Même lorsque les lésions aux organes reproducteurs sont permanentes, il peut être possible de préserver la fécondité pendant le traitement anticancéreux.

 

La conservation d’ovules ou d’embryons en banque

Pour la mise en banque d’ovules ou d’embryons, une intervention est pratiquée pour prélever les ovules (ovocytes) des ovaires avant le début du traitement anticancéreux. Ces ovocytes peuvent ensuite être congelés (ou être fécondés par les spermatozoïdes du conjoint, si désiré, puis congelés) selon la technique de congélation rapide ou « vitrification ». Les ovules et embryons cryoconservés (congelés) peuvent être conservés pendant plusieurs années et être décongelés pour utilisation au moment choisi pour la grossesse.

Il est toujours à souhaiter qu’il y ait plusieurs ovules (ou embryons) à mettre en banque parce que ce ne sont pas tous les ovules qui produiront une grossesse. Pour cette raison, la plupart des femmes subiront une hormonothérapie avant le prélèvement d’ovules. Un traitement hormonal est administré pour stimuler la croissance de plusieurs ovules au lieu de l'ovule unique qui se développe naturellement chaque mois. 

L’hormonothérapie n’est pas toujours nécessaire avant le prélèvement d’ovules. Le Centre de la reproduction a élaboré une technique de maturation des ovules, pertinemment appelée « maturation in vitro » ou MIV, pour amener à maturité les ovules prélevés de la réserve d’ovules immatures contenus dans les ovaires. La MIV est une innovation formidable qui a libéré les femmes de la nécessité de subir une hormonothérapie. La MIV revêt une importance particulière pour les patientes atteintes de cancer qui désirent éviter la stimulation ovarienne, ou qui n’auraient pas le temps d’attendre un cycle menstruel avant de commencer leur traitement anticancéreux. 

Au moment choisi pour la grossesse, les ovules ou les embryons qui ont été conservés sont décongelés en vue d’un transfert dans l’utérus. Les ovules sont fécondés par les spermatozoïdes du conjoint et ensuite implantés dans l’utérus en vue de la grossesse. 

La FIV et la MIV sont des techniques établies qui ont produit des grossesses depuis de nombreuses années, mais la technique de vitrification utilisée pour cryoconserver les ovules et les embryons est plus récente (ce qui n’empêche que plusieurs enfants en sont nés ici et ailleurs dans le monde).La mise en banque d’ovules et d’embryons pour préserver la fécondité avant le début d’un traitement anticancéreux étant également récente, il est difficile de prévoir avec certitude le taux de succès. De façon générale, les chances de grossesse par FIV et MIV dépendent de l’âge de la femme et du niveau personnel de fécondité au moment du traitement. 

Les traitements in vitro sont généralement sécuritaires, mais ils comportent des risques qui devraient toujours faire l’objet d’une discussion avec un professionnel de la santé. 

 

Autres options de traitement