Pour des informations à jour sur les activités du CUSM, consultez notre page web consacrée à la COVID-19 .

Services

La pathologie est une spécialité diagnostique. Nous n’offrons pas de traitements. 

Voici quelques exemples de notre travail : 

  • Diagnostic intraopératoire par coupes congelées, généralement pour déterminer la présence d’une tumeur en marge de la résection et orienter les chirurgiens quant à la suite de l’opération.
  • Diagnostic de prélèvements de biopsie pour déterminer la présence de cancer, d’infection ou d’autres maladies.
  • Diagnostic de prélèvements de cytologie comme les frottis cervicaux, les aspirations à l’aiguille fine de lésions tumorales, etc.  
  • Diagnostic de prélèvements de résection pour déterminer le type, la phase et le grade de cancer ou d’autres maladies.
  • Prédiction de la réponse au traitement par des tests des marqueurs immunohistochimiques et moléculaires, comme le test HER2/neu pour le cancer du sein.
  • Détermination de la cause de décès par l’exécution d’une autopsie.

La pathologie chirurgicale est la branche de la pathologie la plus importante et celle qui nécessite le plus de temps. Elle consiste en l’examen à l’œil nu ou au microscope des tissus prélevés chirugicalement en vue de l’obtention d’un diagnostic définitif. Les prélèvements proviennent de petites biopsies de la peau, de biopsies au trocart pour le diagnostic du cancer et de tumeurs excisées. La pathologie chirurgicale inclut l’analyse macroscopique (brut) et microscopique (histologique) des tissus, soit l’évaluation des propriétés moléculaires des prélèvements par immunohistochimie ou autres tests de laboratoire. Le département assure le soutien diagnostique intraopoératoire à tous les hôpitaux du CUSM et les services de consultation au Québec et ailleurs. 

Personne-ressource : 514-934-1934, poste 42819 

L’autopsie est une intervention chirurgicale hautement spécialisée effectuée par un pathologiste. Elle consiste à effectuer l’examen approfondi d’un corps pour déterminer la cause et les circonstances du décès et à évaluer les maladies ou les lésions observées. L’autopsie ou l’examen post-mortem vise principalement à déterminer la cause du décès, l’état de santé de l’individu avant sa mort et l’exactitude ou la pertinence du diagnostic médical et du traitement avant le décès.

Personne-ressource : 514-934-1934, poste 4282 

La cytopathologie est une branche de la pathologie qui porte sur l’étude et le diagnostic des maladies à l’échelle cellulaire. Elle est souvent utilisée pour contribuer au diagnostic du cancer, mais elle contribue également au diagnostic de certaines maladies infectieuses et d’autres problèmes inflammatoires. En général, la cytopathologie est utilisée sur des échantillons de cellules libres ou de fragments tissulaires qui s’exfolient spontanément ou qui sont extraits des tissus par abrasion ou par aspiration à l’aiguille fine, par opposition à l’histopathologie, qui étudie des tissus entiers. 

Personne-ressource : 514-398-0496 

La pathologie moléculaire est une discipline relativement récente qui a connu des progrès remarquables depuis dix ans. Elle est axée sur l’étude et le diagnostic de la maladie par l’examen de molécules dans les organes, les tissus ou les liquides corporels. De nombreuses maladies, comme le cancer, sont causées par les mutations ou les altérations du code génétique d’un individu, et la détection de mutations caractéristiques permet aux cliniciens de classer une maladie et de sélectionner le traitement pertinent. Par conséquent, l’analyse moléculaire ouvre la voie à la médecine personnalisée en nous permettant de prédire la réponse du patient à certains traitements anticancéreux d’après leur propre bagage génétique. La pathologie moléculaire inclut la mise au point d’approches moléculaires et génétiques pour diagnostiquer et classer les tumeurs humaines. Elle conçoit et valide également des biomarqueurs pour le pronostic des maladies et la susceptibilité à l’apparition de certains cancers. Le taux élevé de sensibilité qu’assure l’analyse moléculaire permet de déceler de très petites tumeurs autrement impossibles à détecter et favorise probablement un diagnostic plus rapide, de meilleurs soins aux patients et un meilleur taux de survie. 

Personne-ressource : 514-398-9018