L'anaphylaxie alimentaire est fréquente chez les enfants malgré la surveillance d'un adulte

Au moins un tiers des réactions anaphylactiques à un allergène connu chez les enfants surviennent sous la surveillance d’un adulte

MONTRÉAL - Selon une nouvelle étude menée par des chercheurs d’AllerGen au Québec, en Ontario et en Alberta, au moins un tiers des réactions anaphylactiques à un allergène connu chez les enfants surviennent sous la surveillance d’un adulte.

Les résultats, publiés dans le numéro de novembre de Pediatric Allergy and Immunology, révèlent que les expositions involontaires à un allergène alimentaire connu chez l’enfant sont fréquentes et que dans la majorité des réactions survenant sous surveillance, des adultes autres que les parents de l’enfant sont présents.

Dr Moshe Ben-Shoshan

Dr Moshe Ben-Shoshan, chercheur principal de l’étude, allergologue et immunologiste pédiatriques à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR‑CUSM) et à l’Hôpital de Montréal pour enfants du CUSM

« L’alimentation cause la majorité des cas d’anaphylaxie chez l’enfant vus à l’urgence », explique le DMoshe Ben-Shoshan, chercheur principal de l’étude, allergologue et immunologiste pédiatriques à l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR‑CUSM) et à l’Hôpital de Montréal pour enfants du CUSM. Nous voulions savoir à quelle fréquence les parents et les soignants sont présents lorsque surviennent des allergies alimentaires et estimer l’impact d’autres facteurs comme les questions d’étiquetage des aliments. » Il s’agit de la première étude à évaluer les facteurs de risque d’une anaphylaxie due à un allergène alimentaire connu chez l’enfant.

L’anaphylaxie, une réaction allergique soudaine et potentiellement mortelle, a été définie dans l’étude comme étant une réaction impliquant au moins deux systèmes de l’organisme et/ou une chute soudaine de la pression artérielle.

Les chercheurs ont recueilli des données sur des cas pédiatriques d’anaphylaxie observés dans quatre services d’urgence canadiens entre décembre 2012 et avril 2015, dans le cadre du registre pancanadien de l’anaphylaxie d’AllerGen (C-CARE). Le programme C‑CARE est dirigé par le DBen‑Shoshan, chercheur à l’IR-CUSM et  professeur adjoint de pédiatrie à l’Université McGill, et il constitue la première étude prospective sur l’anaphylaxie cherchant à évaluer le taux, les déclencheurs et la prise en charge de l’anaphylaxie dans différentes provinces et régions du Canada.

« Notre équipe a découvert que 31,5 % des cas d’anaphylaxie se produisaient sous la surveillance d’un adulte, et dans la majorité de ces cas (65 %), l’adulte superviseur n’était pas le parent de l’enfant », indique le DBen‑Shoshan. « Ces conclusions soulignent l’importance d’accroître l’éducation et la sensibilisation chez tous les soignants d’enfants allergiques à des aliments. »

Le rôle de l’étiquetage des aliments a également été souligné dans la recherche. « Selon les participants, un tiers de toutes les réactions ont été attribuées à des questions d’étiquetage des aliments », ajoute la principale auteure de l’article, la Dre Sarah de Schryver, stagiaire d’AllerGen et boursière de recherche à l’Université McGill. « Toutefois, la plupart des réactions aux aliments étiquetés se sont produites lorsque l’étiquette n’était pas prise en compte, ce qui indique que de meilleures stratégies de gestion sont nécessaires pour éviter les ingestions accidentelles à la maison et à l’extérieur. »

La recherche a été rendue possible grâce au financement d’AllerGen NCE Inc., de Santé Canada et de Sanofi. L’étude a réuni une équipe de chercheurs du Centre universitaire de santé McGill, du CHU Sainte-Justine, de l’Hôpital du Sacré‑Cœur, de l’Université de Calgary, de l’Hôpital pour enfants du Centre de services de santé de London et de Santé Canada.

 

À propos d’AllerGen NCE Inc.

AllerGen NCE Inc., le Réseau des gènes, des allergies et de l’environnement (créé en 2004) est un réseau de recherche national qui se consacre à l’amélioration de la qualité de vie des personnes souffrant d’allergies et de maladies immunitaires apparentées. Financé par Industrie Canada dans le cadre du programme fédéral des Réseaux de centres d’excellence (RCE), le Réseau est logé à l’Université McMaster, à Hamilton. Visitez http://allergen-nce.ca pour un compliment d’information.

 

À propos de l’Institut de recherche du CUSM

L’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) est un centre de recherche de réputation mondiale dans le domaine des sciences biomédicales et de la santé. L’Institut, qui est affilié à la faculté de médecine de l’Université McGill, est l’organe de recherche du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), situé à Montréal, au Canada, et qui offre des soins de santé complexes à la collectivité. L’IR‑CUSM compte plus de 460 chercheurs et près de 1 300 stagiaires de recherche qui se consacrent à divers secteurs de la recherche fondamentale, de la recherche clinique et de la recherche en santé évaluative aux sites Glen et Hôpital général de Montréal du CUSM. Ses installations de recherche offrent un environnement multidisciplinaire dynamique qui favorise la collaboration entre chercheurs et tire profit des découvertes destinées à améliorer la santé des patients tout au long de leur vie. L’IR‑CUSM est soutenu en partie par le Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS). IRCUSM. ircusm.ca

 

- 30 -

 

Relations avec les médias


Kim Wright
Directrice, Communications et mobilisation des connaissances
AllerGen NCE Inc.
Tél. : 905-525-9140, poste 26641
kimwright [at] allergen-nce [dot] ca

 

 

Julie Robert
Coordonnatrice des communications —Recherche
Affaires publiques et planification stratégique
Centre universitaire de santé McGill
Tél. : (514) 934-1934, poste 71381
julie [dot] robert [at] muhc [dot] mcgill [dot] ca