Les animaux de compagnie et les enfants seraient une source potentielle de transmission de C. difficile

Une nouvelle recherche de l'IR-CUSM montre un taux élevé de transmission de cette bactérie dans les familles

La transmission intrafamiliale du Clostridium difficile aux animaux et aux enfants pourrait être une source d'infections associée au C. difficile dans la communauté selon les résultats d'une nouvelle étude publiée aujourd'hui dans Infection Control & Hospital Epidemiology, le journal de la Society for Healthcare Epidemiology of America. L'étude révèle que les patients atteints de cette bactérie peuvent coloniser ou infecter d’autres membres de la famille  pendant ou après un traitement pour ce type d’infection.

Les animaux de compagnie et les enfants seraient une source potentielle de transmission de C. difficile« Le C. difficile est une infection nosocomiale qui évolue principalement dans les établissements de santé,  mais nous savons maintenant qu'elle peut se propager au-delà de l'hôpital », déclare la Dre Vivian Loo, M.Sc., auteure principale de l'étude, spécialiste des maladies infectieuses, microbiologiste médicale au Centre universitaire de santé McGill (CUSM), chercheuse à l'Institut de recherche du CUSM (IR-CUSM) et professeure à l'Université McGill. « Cette infection qui provoque la diarrhée et une inflammation du côlon peut être grave. Il est donc important que tous suivent les pratiques d'hygiène de base, comme le lavage des mains avec de l'eau et du savon, même dans sa propre maison. »

L'étude prospective comprenait 51 patients traités pour une infection à la bactérie C. difficile en milieu hospitalier ou ambulatoire, ainsi que des membres de leur famille et les animaux domestiques. Les chercheurs ont visité chaque famille mensuellement et effectué une collecte d'échantillons de selles ou des écouvillons rectaux à chaque visite. Les échantillons ont été testés pour le C. difficile, afin de déterminer si ceux qui ont initialement été testés négatif pour la bactérie ont par la suite été infectés ou colonisés. Les personnes colonisées par la C. difficile peuvent avoir C. difficile dans les selles, mais n’ont pas de diarrhée.

Les résultats ont révélé que 13,4 % des 67 membres de la famille, présentaient des résultats de C. difficile détectés dans leurs selles ou écouvillons rectaux. Un membre adulte avait la diarrhée, les 8 autres étaient asymptomatiques, mais colonisés. 66 % des membres colonisés étaient âgés de moins de cinq ans et cinq portaient la couche.

Plus d'un quart (26,7 %) des 15 animaux domestiques étaient aussi porteurs asymptomatiques de la bactérie. Lors de l'analyse des souches de bactéries présentes chez les animaux, les chercheurs ont constaté que les souches portées par les animaux et par les membres de la famille étaient indiscernables ou étroitement liés, ce qui suggère une transmission entre espèces. L'étude a conclu que les animaux peuvent être des réservoirs pour réinfecter ou transmettre le C. difficile aux membres de la famille.

« Notre recherche suggère que la transmission d’un patient infecté aux autres membres de la famille pourrait être une source d'infections associée à la C. difficile dans la communauté », déclare la Dre Loo. 

 

À propos de l’étude

Vivian Loo, Paul Brassard, Mark Miller. “Household Transmission of Clostridium difficile to Family Members and Domestic Pets.”

 

À propos de l’IR-CUSM

L’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) est un centre de recherche de réputation mondiale dans le domaine des sciences biomédicales et de la santé. Établi à Montréal, au Canada, l’Institut, qui est affilié à la faculté de médecine de l’Université McGill, est l’organe de  recherche du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) – dont le mandat consiste à se concentrer sur les soins complexes au sein de sa communauté. L’IR-CUSM compte plus de 460 chercheurs et près de 1 300 étudiants et stagiaires qui se consacrent à divers secteurs de la recherche fondamentale, de la recherche clinique et de la recherche en santé évaluative aux sites  Glen et à l’Hôpital général de Montréal du CUSM. Ses installations de recherche offrent un environnement multidisciplinaire dynamique qui favorise la collaboration entre chercheurs et tire profit des découvertes destinées à améliorer la santé des patients tout au long de leur vie. L’IR-CUSM est soutenu en partie par le Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS). ircusm.ca

 

Contact

Valérie Harvey 

Public Affairs & Strategic planning 
McGill University Health Centre 
514 934-1934 ext. 71381 
valerie [dot] harvey [at] muhc [dot] mcgill [dot] ca