Une scientifique montréalaise reçoit une distinction internationale du Berlin Institute of Health

Les travaux de la Dre Louise Pilote lui ont valu de figurer parmi les deux récipiendaires d’un Prix d'excellence

Professeure de médecine à l'Université McGill et chercheuse au sein du Programme de recherche en santé cardiovasculaire au long de la vie à l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM), la Dre Louise Pilote mène des travaux sur l'intégration des questions de genre à la recherche biomédicale qui lui ont valu de figurer parmi les deux récipiendaires d’un Prix d'excellence décerné par le Berlin Institute of Health (BIH).

Dre Louise Pilote

Dre Louise Pilote

Les considérations liées au sexe biologique et au genre des patients sont souvent négligées par la recherche biomédicale. Or, pour comprendre les différences observées dans l'émergence et la progression de certaines maladies, et pour mettre au point des traitements efficaces, les questions de genre et de sexe doivent sans aucun doute être prises en compte. C'est pourquoi le BIH encourage le travail de chercheurs de premier plan qui incorporent ces questions à leur recherche fondamentale ou clinique.

« Je suis ravie et extrêmement honorée de recevoir le Prix d'excellence du BIH pour l'intégration des questions de genre et de sexe à la recherche grâce à mes travaux sur les maladies cardiovasculaires », a déclaré la Dre Pilote qui est chercheuse clinicienne depuis 20 ans. Selon elle, « la prise en compte des variables comme le sexe biologique et des facteurs de *genre comme par exemple les facteurs culturels, environnementaux ou sociaux ainsi que les comportements dans les soins médicaux et leurs résultats exige d’adopter de nouvelles approches à différents niveaux, notamment en matière de prévention et de traitement des maladies les plus courantes. Ce prix constitue une reconnaissance des efforts que mon équipe et moi-même avons déployés et continuerons de déployer à l’avenir pour incorporer ces facteurs à nos recherches ».

La Dre Pilote est l'un des rares médecins spécialistes des différences liées au genre dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires. Jusqu'à présent, les démarches scientifiques prenaient, pour la plupart, exclusivement en compte les différences biologiques (liées au sexe), laissant de côté l'impact des différences culturelles (liées au genre). La Dre Pilote a fait de ce dernier critère un élément clé de ses recherches. En s'aidant d'une fiche d'évaluation liée au genre mise au point par ses soins, elle étudie les effets potentiels des différences de genre sur certains problèmes de santé, comme les maladies cardiovasculaires, et conçoit de nouvelles méthodes de traitement.

Désignés début décembre par un jury d'experts internationaux, les deux lauréates, Louise Pilote et Rhonda Voskuhl professeure à l'université de Californie États-Unis, se sont distinguées des autres candidats de renom originaires des quatre coins du monde par la singularité de leur méthode de recherche.

Les deux chercheuses récompensées se partageront le prix de 20 000 $, qu'elles pourront investir dans de futures activités de recherche.

La cérémonie de remise des prix se déroulera le 16 mars 2018 à Berlin.

Nous adressons nos plus sincères félicitations à la Dre Pilote! 

Lire le communiqué de presse du BIH (en anglais).

* Selon l’Institut de la santé des femmes et des hommes des Instituts de recherche en santé du Canada, le genre est déterminé par les rôles, comportements, expressions et identités des filles, des femmes, des garçons, des hommes et des personnes de divers genres établis par la société. Il influence la perception qu'ont les gens d'eux-mêmes et d'autrui, leur façon d'agir et d'interagir ainsi que la répartition du pouvoir et des ressources dans la société. On décrit souvent le genre en termes binaires (fille/femme ou garçon/homme); pourtant, on note une grande diversité dans la compréhension, l'expérience et l'expression du genre par les personnes et les groupes. 

La Dre Pilote parle d’une de ses recherches (2016) montrant que le genre pourrait être associé au risque de récidive d'événements cardiovasculaires chez l’adulte