Déplacement temporaire du service de TEP de l’Hôpital général de Montréal au site Glen. En savoir plus .

Comment le département du service social du CUSM a réagi face à la pandémie de la COVID-19

Le département du service social du CUSM soutient les patients adultes ayant des besoins de soins complexes. Cette équipe défend les intérêts des patients et aide les familles à faire face au stress de l’hospitalisation, de la maladie ou des blessures. Elle aide également les patients à réintégrer leur domicile. Bien que le défi soit de taille dans le meilleur des cas, la pandémie complique évidemment les choses.

Helene Jones, chef de service du département du service social pour adultes du CUSM, est époustouflée par la capacité de son équipe à s’adapter rapidement au changement et à se dépasser dans l’adversité.

« Je suis vraiment très fière ! Au cours de la dernière année, mon équipe est sortie de sa zone de confort, offrant des services sociaux exceptionnels pendant l’une des périodes les plus difficiles de notre carrière. Dès le début de la première vague, nos travailleurs sociaux ont été présents sur tous les fronts. Qu’il s’agisse de se rendre à l’aéroport pour aider à filtrer les nouveaux arrivants en avril dernier, d’assurer la ligne de soutien psychosocial du CUSM, de faire du bénévolat dans les CHSLD ou de filtrer les visiteurs à l’entrée des hôpitaux, ces professionnels ont mis de côté leur bien-être pour prendre soin des autres. Ils incarnent l’essence même de ce qu’est un travailleur social. Non seulement ils m’ont rendue fière, mais aussi le CUSM. », dit Helene.

Le pavillon Ross de l’ancien Hôpital Royal Victoria a été transformé en refuge où les adultes et les femmes sans-abri atteints de la COVID pouvaient s’isoler. Au plus fort de la deuxième vague, deux travailleurs sociaux du CUSM ont été sollicités pour apporter leur expertise.
Le pavillon Ross de l’ancien Hôpital Royal Victoria a été transformé en refuge où les adultes et les femmes sans-abri atteints de la COVID pouvaient s’isoler. Au plus fort de la deuxième vague, deux travailleurs sociaux du CUSM ont été sollicités pour apporter leur expertise.

Lorsque les hôpitaux ont commencé à fermer leurs portes aux visiteurs et que les patients se sont retrouvés seuls dans leur lit d’hôpital sans aucun contact avec leur famille, leurs amis ou leurs soignants, une équipe spéciale de travailleurs sociaux a joué un rôle déterminant dans le cadre du projet iPad pour aider à mettre en relation les familles et les patients. « L’hôpital est le dernier endroit où les patients veulent être en ce moment », a déclaré Noah Markis-Morrison au plus fort de la première vague en avril dernier. « La meilleure chose que nous puissions faire est de rassurer nos patients et leurs familles en les connectant virtuellement. »

Au plus fort de la deuxième vague : du nouveau à l’ancien Hôpital Royal Victoria

Deux travailleurs sociaux ont accepté une mission particulièrement difficile : couvrir un site temporaire afin d’apporter un soutien psychosocial au groupe le plus vulnérable de la ville : les sans-abri de Montréal.

Lors de la deuxième vague, et dans le cadre du projet du MSSS visant à réaffecter les travailleurs essentiels à des secteurs ayant un besoin urgent d’expertise, deux membres de l’équipe du service social ont été relocalisés à l’ancien Hôpital Royal Victoria qui avait été transformé en centre d’hébergement pour la population sans-abri avec un diagnostic positif de COVID-19. Plusieurs défis se posaient : itinérance, toxicomanie, santé mentale et, bien sûr, des personnes atteintes de la COVID-19.

Hillary Freedman et Rebecca Simard-Lavigne, qui travaillent habituellement au Allan Memorial et à l’Hôpital général de Montréal avec des patients souffrant de problèmes de santé mentale comme les troubles de l’humeur et la schizophrénie, ont été temporairement relogées à l’ancien Royal Victoria pour offrir des services sociaux essentiels au nouveau refuge.

« J’étais bien loin de mon environnement de mon travail habituel », dit Hillary. « Non seulement je travaillais avec des sans-abri, souvent atteints de la COVID — mais nous étions également dans un centre de consommation contrôlée d’alcool. »

Après avoir travaillé à l’ancien Hôpital Royal Victoria avec plus de 50 patients sans-abri atteints de la COVID, Hillary (à gauche) et Rebecca (à droite) ont été mises en quarantaine pendant 14 jours avant de reprendre leur travail habituel.
Après avoir travaillé à l’ancien Hôpital Royal Victoria avec plus de 50 patients sans-abri atteints de la COVID, Hillary (à gauche) et Rebecca (à droite) ont été mises en quarantaine pendant 14 jours avant de reprendre leur travail habituel.

« C’était un cadre moins formel que celui de l’Hôpital général de Montréal, mais j’ai pu en apprendre beaucoup plus sur les différents services qui existent pour aider les gens à remonter la pente, qu’il s’agisse de soutien en matière de toxicomanie, de banques d’emplois ou de recherche de logements à faible revenu. »

Les centres de consommation contrôlée d’alcool permettent aux clients de consommer de l’alcool et des drogues sous surveillance, dans le but de réduire progressivement leur dépendance.

« J’ai vraiment fait un pas dans l’inconnu », explique Rebecca, qui a passé une semaine et demie au refuge. « Je ne savais pas avec qui j’allais travailler, ni à quoi m’attendre. Malgré cela, j’ai énormément appris de mes nouveaux collègues qui venaient de différentes organisations et de différents refuges de la ville. J’ai été exposée à une clientèle vulnérable qui présentait souvent des difficultés supplémentaires comme la dépendance et la maladie mentale. Certains étaient en sevrage de drogues ou d’alcool et ma responsabilité était de m’assurer qu’ils étaient en sécurité pendant la quarantaine. Nous espérions vraiment que leur temps d’isolement à l’ancien Royal Victoria pourrait se transformer en une occasion d’entrer en contact avec différentes ressources et de les sortir de la rue », dit Rebecca qui a rejoint le CUSM en mai dernier après avoir obtenu son diplôme.

À travers tout cela, tout en travaillant avec de nouveaux collègues, Hillary affirme qu’elle a vécu une expérience professionnellement enrichissante. « J’ai été témoin de situations difficiles, mais heureusement, j’étais entourée d’une équipe médicale et psychosociale expérimentée avec laquelle j’ai pu collaborer. » « La résilience, la force, la compassion et le courage dont mon équipe a fait preuve jour après jour tout au long de la pandémie sont un véritable témoignage de leur professionnalisme et de leur dévouement. En plus de continuer à organiser la planification complexe des décharges et de soutenir les patients du CUSM ayant des besoins psychosociaux complexes relatifs à la violence familiale, aux situations d’abus, aux difficultés financières et à l’épuisement des proches aidants, ils se sont vraiment surpassés pour soutenir les plus vulnérables, même au-delà des murs du CUSM. Je suis vraiment reconnaissante pour les travailleurs sociaux exceptionnels qui se sont joints à mon équipe. Bonne semaine du travail social à tous ! », dit Helene.