Pour des informations à jour sur les activités du CUSM, consultez notre page web consacrée à la COVID-19 .

À l’occasion de l’Année du personnel infirmier et des sages-femmes, le CUSM célèbre le 200e anniversaire d’une visionnaire

Florence Nightingale a ouvert la voie aux infirmières grâce à son ingéniosité, son travail et son héroïsme en temps de crise.

L’image de la lampe est devenue le symbole de l’éthique des soins infirmiers qui consiste à faire preuve de compassion dans les moments d’adversité - sans doute grâce à Florence Nightingale. Dans les années 1850, pendant la guerre de Crimée, cette femme, considérée comme la pionnière des soins infirmiers modernes, éclairait son chemin avec une lampe lorsqu’elle s’occupait de chaque soldat dans l’obscurité.

Ce que peu de gens savent, c’est que Florence Nightingale était une rebelle, et que ses efforts exceptionnels en temps de guerre ainsi que son héritage ont contribué à révolutionner l’une des professions de santé les plus nobles et les plus honorables du monde.

Nightingale est née le 12 mai 1820 dans une famille aisée et porte le nom de son lieu de naissance en Italie. Dans les années 1800, son choix de devenir infirmière a été mal accueilli par les classes supérieures. Elle est devenue la première femme membre de la Société royale de statistique en 1858 et une pionnière dans l’utilisation des graphiques statistiques. Son approche de la pratique a permis d’établir la collecte de données et l’utilisation de graphiques pour montrer que la majorité des soldats mouraient de maladies infectieuses évitables et de conditions insalubres plutôt que de leurs blessures de combat. À la demande du ministre de la Guerre, Nightingale a amélioré le contrôle des infections, le lavage des mains et d’autres pratiques d’hygiène, ce qui a permis de réduire de deux tiers les taux de mortalité. 

Pendant la guerre de Crimée, Florence Nightingale a également créé plusieurs services aux patients qui ont contribué à la qualité du séjour hospitalier des soldats. Elle s’est battue pour que des aliments plus appétissants et des régimes alimentaires particuliers soient offerts aux soldats, a mis sur pied une buanderie pour qu’ils aient des draps propres et a créé une salle de classe et une bibliothèque pour les stimuler intellectuellement et les divertir.

À l’occasion du 200e anniversaire de la naissance de Florence Nightingale, qui a également été désignée Année du personnel infirmier et des sages-femmes par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), nous soulignons l’importance des infirmières dans le réseau des soins de santé et les remercions pour leur travail.

Un héritage durable

Aujourd’hui, la direction des soins infirmiers du CUSM poursuit l’héritage de Florence Nightingale en travaillant avec une myriade de partenaires de divers départements pour améliorer la qualité des soins aux patients. 

Pour souligner le dévouement et le travail acharné de nos infirmières, plus de 4 000 infirmières, IA et PAB ont reçu une épinglette pour commémorer et célébrer la Journée internationale des infirmières au CUSM, le 12 mai. L’épinglette de cette année commémore le travail d’équipe. En effet, alors que nous luttons contre la pandémie de COVID-19, jamais auparavant la collaboration entre les individus, les équipes, les départements, les communautés, les provinces et les pays n’a été aussi étendue et essentielle. 

Depuis le début du mois de mars, les membres de la direction des soins infirmiers se réunissent quotidiennement pour recevoir, assimiler, planifier et agir en fonction des informations sur la pandémie qui sont en constante évolution, parfois avec un préavis de moins de 24 heures. Comme nous sommes tous confrontés à un type de défi différent, il est particulièrement approprié que l’épinglette des soins infirmiers de cette année symbolise la collaboration nécessaire pour que nous puissions tous traverser ensemble cette crise sanitaire.

Florence Nightingale, 12 mai 1820 - 13 août 1910

Florence Nightingale, 12 mai 1820 - 13 août 1910
Florence Nightingale
Florence