Déplacement temporaire du service de TEP de l’Hôpital général de Montréal au site Glen. En savoir plus .

Membre bénévole du Comité d'éthique de la recherche : un engagement gratifiant

« Je lis chaque protocole de recherche et chaque formulaire de consentement avant les réunions du Comité depuis 15 ans », affirme la Dre Jane McDonald, qui était encore récemment présidente du panel de pédiatrie du Comité d'éthique de la recherche (CER). Le rôle de tous les panels est d'examiner et d'approuver l'ensemble des travaux de recherche du CUSM impliquant des êtres humains. Le panel se réunit une fois par mois, mais avant chaque rencontre, les membres doivent avoir lu des centaines de pages de protocole et de formulaires de consentement. Les protocoles font souvent plusieurs aller-retour entre le CER et les chercheurs jusqu'à ce que tout soit parfaitement conforme.

« L'étude doit reposer sur de solides fondements scientifiques. Si elle n'est pas fondée scientifiquement, elle ne sera pas viable sur le plan éthique », déclare Jane McDonald, qui est chef de la Division des maladies infectieuses à l'Hôpital de Montréal pour enfants et directrice adjointe du Laboratoire de microbiologie du CUSM.

Dre Jane McDonald

Des questions cruciales

Chaque panel est formé de divers spécialistes bénévoles : éthiciens, cliniciens, professionnels de la santé, coordinateurs de recherche, juristes, philosophes et membres du grand public qui soulèvent des questions cruciales sur les études et le consentement des participants.

« Chacun des membres a son propre regard sur les choses », déclare Jane McDonald. « L'intégrité scientifique des protocoles s'en trouve renforcée, tout comme la sécurité et le bien-être des patients. Notre but est de promouvoir des recherches cliniques de qualité, tout en veillant au respect des normes éthiques. Année après année, notre comité s'acquitte extrêmement bien de cette tâche », affirme-t-elle.

La Dre McDonald, qui considère son engagement comme une expérience enrichissante et gratifiante, invite tous les experts à relever le défi et à rejoindre l'un des panels du CER-CUSM.

Elle conclut : « C'est un formidable moyen de rester au fait des recherches les plus récentes de l'HME et d'apprendre à rédiger des protocoles ainsi que des formulaires de consentement de qualité, sans oublier le rôle de protection du Comité qui prend vraiment les intérêts des enfants à cœur ».

Parlons de l'éthique médicale

En tant que patient, vous êtes-vous déjà demandé si vous devriez ou non participer à une étude de recherche? En tant que parent, avez-vous eu à décider si la participation à la recherche serait une bonne chose pour votre enfant? En tant que professionnel de la santé, avez-vous réfléchi à ce que les participants ont à dire au sujet de la recherche?

« Nous sommes tous concernés par les questions d'éthique médicale : les patients et leur famille, les soignants et la communauté », observe Veronique Fraser, conseillère en éthique pour le Centre d'éthique appliquée du CUSM et organisatrice de la Semaine nationale de l'éthique de la santé. La Semaine nationale de l'éthique de la santé, qui se tiendra du 3 au 7 avril, constitue l'occasion pour les institutions médicales et éducatives, les comités d'éthique, les professionnels de la santé, les chercheurs, les organismes communautaires, les entreprises et la population de mener une réflexion et un débat sur les enjeux éthiques ».

Le CUSM invite donc tous les membres de la communauté du CUSM aux événements suivants :

- « Prendre part à la recherche : ce qu'en disent les patients et les participants »

Qu’est-ce que cela implique de participer à la recherche médicale? Rebecca Dresser est experte en éthique biomédicale et a reçu un diagnostic de cancer. Elle nous explique pourquoi elle a pris la décision difficile de ne pas prendre part à un essai clinique pour la lutte contre le cancer.

Sa présentation aura lieu le lundi 3 avril 2017, de 16 h 15 à 17 h 15, dans la salle DS1.1427 au site Glen du CUSM. Ouvert au public, arrivez tôt! Les places sont limitées.

- « Considérations éthiques dans la première phase des essais cliniques »

Jonathan Kimmelman, professeur associé à l'Unité d'éthique biomédicale du Département d'études sociales de l'Université McGill et spécialiste de l'éthique des études réalisées pour la première fois chez l'être humain, abordera les principaux enjeux éthiques à prendre en considération dans la première phase des essais cliniques.

Mardi 18 avril 2017, de 12 h à 13 h, auditorium de l'Institut de recherche (IR), site Glen du CUSM.

Les deux conférences se dérouleront en anglais. Pour obtenir davantage d'informations, écrivez à [email protected] ou appelez au 514 934-1934, poste 34323.