27,9 M$ pour développer de nouvelles thérapies ciblées et aider les personnes atteintes de cancer

L’IR-CUSM au cœur d’une initiative collaborative visant à innover en oncologie au Québec

Le Consortium québécois contre le cancer (CQC) pour de nouveaux agents thérapeutiques et biomarqueurs, une collaboration entre six grands hôpitaux et centres de recherche en oncologie montréalais, sous la direction du Centre de recherche sur le cancer Goodman (CRCG) de l’Université McGill, a reçu un nouveau financement de 10 millions de dollars du Fonds d’accélération des collaborations en santé (FACS) du Ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) du Québec. Cette subvention, conjuguée à des contributions additionnelles totalisant 17,9 millions de dollars de la part de 12 partenaires des secteurs privé, public et sans but lucratif, sera investie pour doubler le recrutement des patients dans des essais cliniques avancés en oncologie et développer l’infrastructure de soutien aux découvertes en médecine personnalisée et immunothérapie au Québec.

Innover en oncologie de précision dans le système de santé québécois

Ces dix dernières années, une meilleure compréhension des mécanismes du cancer a mené à la mise au point de stratégies de personnalisation des traitements en fonction des particularités cliniques, moléculaires et immunitaires de la maladie chez des patients individuels ou des sous-groupes de patients. Pour la plupart des types de tumeurs, cependant, cette approche ne bénéficie qu’à une partie des patients, dont beaucoup finissent tout de même par connaître une récidive.

Dans un effort concerté pour améliorer la réponse des patients aux traitements personnalisés, le CQC a été formé en 2017 par le CRCG, le Centre du cancer Segal à l’Hôpital général juif, le Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, l’Institut de recherche en immunologie et cancérologie (IRIC) et l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM), en partenariat avec des organisations sans but lucratif comme l'Institut de recherche Terry Fox (IRTF) et l’Oncopole ainsi que des partenaires pharmaceutiques dont Hoffman-LaRoche, AstraZeneca, Bristol Myers Squibb, Bayer et Merck. 

Les chercheurs et cliniciens du CQC uniront leurs forces pour découvrir et valider de nouveaux biomarqueurs visant à mieux prédire la réponse aux traitements personnalisés et à l’immunothérapie, ainsi que les effets indésirables, ce qui permettra d’améliorer les résultats cliniques pour les patients. En optimisant la prise de décisions thérapeutiques, ces nouveaux biomarqueurs permettront non seulement d’accroître les taux de survie et de minimiser les traitements inutiles, mais également de réduire l’important fardeau financier que représentent les soins en oncologie pour le système de santé québécois.

« Cette initiative tire parti des investissements existants des secteurs gouvernemental, philanthropique et privé en infrastructure », explique la Pre Morag Park, directrice du CRCG et chercheuse en chef de cette initiative. « Avec quelque 16 000 patients chaque année, la mission du consortium de doubler le recrutement dans des essais cliniques en oncologie et de créer une biobanque “dynamique” d’échantillons recueillis durant les essais cliniques de nouveaux médicaments aura un impact majeur sur l’avancement de la science, au profit des patients. Ces efforts collectifs permettront d’attirer au Québec des essais cliniques avancés en oncologie et de multiplier les possibilités de recherche clinique, ce qui améliorera les options thérapeutiques et les résultats cliniques pour les patients québécois, augmentera l’investissement privé et pharmaceutique au Québec et créera une filière d’innovation et de découvertes en oncologie. »

George Zogopoulos
Dr George Zogopoulos, chirurgien et chercheur au CUSM

« Ce programme réunira sous un même toit l'expertise considérable dont nous jouissons au Québec en soins cliniques et en recherche, dans l'objectif d'améliorer la vie de nos patients et de leurs familles »,  ajoute le Dr George Zogopoulos, cochercheur au sein du CQC, qui est un spécialiste de la chirurgie pancréatique et du foie et un chercheur au sein du programme de recherche sur le cancer de l’IR-CUSM et au CRCG. « Cet effort collaboratif à l’échelle de la province permettra de multiplier les opportunités en recherche clinique, qui constituent souvent les meilleures options de traitement pour des patients atteints de cancers difficilement traitables avec les thérapies actuellement disponibles. »

Ce projet sur quatre ans s’appuie sur l’initiative du Consortium contre le cancer de Montréal, lancée l’an dernier par l’IRTF pour développer des plateformes communes entre ces hôpitaux et centres de recherche, formant ainsi le pôle québécois du réseau des centres d’oncologie du Marathon de l’espoir. Pour atteindre ses objectifs, le CQC tire parti de l’expertise du Consortium de recherche en oncologie clinique du Québec (Q-CROC), de CATALIS Québec, d’Innovation Exactis, de la Coalition Priorité Cancer au Québec, du Centre d’excellence sur le partenariat avec les patients et le public (CEPPP), du Réseau de recherche sur le cancer et du Réseau canadien de banques de tissus.

Parmi les autres cochercheurs de l’initiative figurent le Dr Gerald Batist du Centre du cancer Segal à l’Hôpital général juif, les Dr Philip Wong et Dr Fred Saad au CHUM, et le Dr Denis Claude Roy à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont.

« Le Consortium québécois contre le cancer pour de nouveaux agents thérapeutiques et biomarqueurs fait œuvre de chef de file pour transformer les découvertes génomiques en nouvelles options thérapeutiques pour les personnes atteintes de cancer », dit Martha Crago, vice-principale (recherche et innovation) à l’Université McGill. « Cet investissement majeur du gouvernement du Québec souligne le rôle transformateur de la recherche concertée en oncologie et permettra au Québec de se maintenir à la fine pointe des soins du cancer. »