Les travaux de construction à l’HGM affectent les patients ayant des rendez-vous d’imagerie médicale. En savoir plus .

La Mission de santé mentale : surmonter les défis pour offrir et recevoir des services pendant la pandémie

Depuis le premier jour de la pandémie, la Mission de Santé mentale du CUSM est l’une des rares à avoir maintenu ses activités au même rythme que l’année précédente, et le mérite revient en partie à nos patients.

Maryse et son équipe
Maryse et son équipe ont été extrêmement impressionnés par les patients qui ont surmonté des défis technologiques, des problèmes d’alphabétisation ou des limitations cognitives, qui peuvent rendre plus difficile le respect des instructions.

« Lorsque la pandémie a commencé, on craignait que les patients cessent de se faire soigner par peur de contracter le virus ou d’avoir à faire face aux changements, explique Maryse Godin, coordinatrice clinico-administrative de la Mission de santé mentale et du service des urgences. Nous avons été heureux de voir que nos patients en santé mentale étaient prêts à essayer quelque chose de nouveau, comme la télésanté, et ils ont réussi à rester connectés par vidéo ou par téléphone. »

Maryse et son équipe ont été extrêmement impressionnés par les patients qui ont surmonté des défis technologiques, des problèmes d’alphabétisation ou des limitations cognitives, qui peuvent rendre plus difficile le respect des instructions. La télésanté ayant fait ses preuves, Maryse pense qu’elle restera une option pour les patients.

« Nous avons découvert quels patients étaient les mieux adaptés à la télésanté, et pour ces personnes, cela a très bien fonctionné, dit-elle. Nous voyons encore certains patients en personne aussi, et ils ont suivi à la lettre les mesures de prévention et de contrôle des infections. »

Maryse attribue également le succès du service à son équipe de services ambulatoires. Sous le leadership du Dr Allan Fielding, directeur du service de psychiatrie externe, les équipes interprofessionnelles ont opté pour la télésanté avant même que le gouvernement ne le demande, et début avril 2020, elles été équipées de webcams et s’étaient familiarisées avec la technologie.

L’impact de la pandémie sur la santé mentale

Nos experts en santé mentale notent qu’un accroissement des demandes d’aide se produit généralement 2 à 3 semaines après chaque vague de la COVID-19. En d’autres termes, qu’un plus grand nombre de personnes cherchent de l'aide après et non pendant le pic du nombre de cas.

« Des études menées dans le monde entier se penchent sur les tendances en matière de santé mentale en relation avec la pandémie, et dans les années à venir, nous disposerons d’une abondante littérature éclairante, affirme Maryse. Pour l’instant, je pense que la chose la plus importante à retenir de toute tendance observée est le fait que les gens cherchent de l’aide. Les gens s’ouvrent aux sentiments et aux expériences qu’ils avaient même avant la pandémie, et ça, c’est un énorme point positif. »

Pandémie ou pas, Maryse affirme que prendre soin de sa santé mentale peut faire la différence entre reprendre sa vie du bon pied, ou s’enfoncer davantage.

« Si vous ne voulez pas développer des problèmes chroniques, si vous voulez remettre votre vie sur les rails, demandez de l’aide. »

Par où commencer ?

Si vous pensez avoir besoin d'aide ou qu'un proche en a besoin, votre CLSC dispose d’un Guichet d’accès en santé mentale, un service de première ligne qui oriente les personnes ayant des problèmes de santé mentale légers, modérés ou graves vers le bon service. Il n’est pas nécessaire de recevoir un diagnostic de trouble mental ou d’avoir un médecin de famille pour accéder à ces services ; il suffit de présenter des symptômes.

Pour obtenir de l’aide en cas de crise plus grave, vous devez vous rendre au service des urgences d’un hôpital. Ils sont bien outillés pour vous aider.

Le CUSM offre des services spéciaux à ses travailleurs de la santé, dont la ligne d’assistance « Le CUSM s’occupe de vous ». Cette ligne, gérée bénévolement par des professionnels du CUSM, a été mise en place pendant la pandémie pour aider les travailleurs de la santé à communiquer entre eux. C’est un moyen de parler à quelqu’un d’autre qui comprend ce que c’est que de travailler dans les soins de santé pendant une pandémie. Et bien sûr, notre programme d’aide aux employés est accessible à tous les employés.

« Pour beaucoup de gens, appeler quelqu’un qui comprend votre réalité est suffisant », dit Maryse. « On peut être surpris de voir à quel point on se sent mieux une fois qu’on a parlé à quelqu’un d’autre des choses qui pèsent sur notre esprit et notre cœur. »