Contact avec les médias et lignes directrices des communications

contact

Au CUSM, nous reconnaissons notre devoir de communiquer aux médias tout renseignement d’intérêt public. Toutefois, nous avons également l’obligation de protéger la vie privée et les renseignements confidentiels de nos patients, y compris leur droit de ne pas être interviewés ou photographiés sans leur consentement écrit. Toutes les demandes des médias, y compris les entrevues avec les patients, le personnel, les médecins et les bénévoles ainsi que l’autorisation de filmer et de prendre des photos sur la propriété de l’Hôpital (tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’établissement), doivent être acheminées à la Direction des communications. Voir nos directives relatives aux relations avec les médias.

Heures de bureau
8 h à 17 h

Tél. : 514-843-1560
Courriel : communications [at] muhc [dot] mcgill [dot] ca

Remarque : Durant la fin de semaine, les jours fériés et après les heures normales de bureau, l’Hôpital a toujours un représentant des communications de garde pour répondre aux demandes urgences. Pour communiquer avec le personnel de garde, téléphonez au 514-934-1934 poste 1-33333 et demandez à parler au « coordonnateur des communications de garde. »


 

Directives relatives aux relations avec les médias :

Au CUSM, nous sommes conscients de notre responsabilité de fournir de l’information d’intérêt public aux médias d’information. Nous devons toutefois équilibrer l’intérêt des médias avec notre responsabilité de protéger le droit à la vie privée et la confidentialité des patients, y compris le droit de ne pas être interviewé ou photographié sans consentement écrit.

Les relations avec les médias sont régies par les directives suivantes :

  • Le CUSM est régi par la Loi sur l'accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels. C’est pourquoi tous les membres des médias doivent aviser le bureau des affaires publiques du CUSM avant d’effectuer une entrevue avec un patient, un membre du personnel ou un médecin. Les membres des médias doivent également être accompagnés d’un représentant du bureau des affaires publiques du CUSM ou d’un représentant de l’hôpital pendant qu’ils sont au CUSM. Les journalistes non accompagnés seront expulsés des lieux par les services de sécurité, au besoin.
  • Les patients ou les membres de la famille qui sont interviewés par les médias doivent d’abord signer un formulaire d’autorisation officiel du CUSM. 
  • Même si des membres des familles acceptent de parler aux médias, le bureau des affaires publiques du CUSM doit toujours donner son autorisation lorsque l’entrevue se déroule à l’hôpital ou dans l’enceinte de l’hôpital. L’hôpital se réserve le droit de refuser les entrevues aux médias pour des raisons médicales ou autres.
  • Le CUSM ne permet pas aux journalistes de déambuler dans ses salles d’urgence, ses salles d’opération, ses unités de soins intensifs ou d’autres zones de l’hôpital où ils risquent de perturber les services de santé.
  • Lorsqu’ils utilisent un appareil-photo ou une caméra vidéo, les journalistes doivent s’assurer que les autres patients et le grand public ne sont pas reconnus ou visibles à l’écran et qu’aucun dossier médical ou autre renseignement médical n’est enregistré.
  • Le CUSM tentera de fournir des experts sur divers sujets, mais il se peut que ces experts ne soient pas disponibles dans les délais requis. Le personnel et les médecins ont le droit de refuser des demandes des médias. 
  • Les journalistes doivent identifier le personnel du CUSM par leur fonction HOSPITALIÈRE, et non seulement leur fonction universitaire, dans les articles liés à leurs travaux ou leur rôle au CUSM.
  • Les journalistes sont invités à utiliser le nom complet de l’établissement (Centre universitaire de santé McGill) lorsqu’ils désignent l’hôpital ou son personnel pour la première fois dans un article écrit ou électronique. Par la suite, ils peuvent utiliser l’acronyme CUSM.
  • Le CUSM ne confirmera la présence d’un patient que si celui-ci ou son plus proche parent l’autorise ou si les services policiers ont déjà publié l’information. Lorsqu’un média s’informe d’un patient par son nom, l’hôpital peut seulement confirmer (sous réserve de l’autorisation du patient) son état, qu’il a été hospitalisé ou traité ou qu’il a obtenu son congé. Les professionnels de la santé ne peuvent passer de commentaires sur un patient donné, y compris la raison de son hospitalisation, la nature de sa maladie ou de sa blessure, son pronostic, la date possible de son congé et le nom de ses médecins traitants, même si le patient les y autorise. Les patients ou leur plus proche parent ont le droit de refuser que les médias soient tenus au courant de l’évolution de la situation. Le CUSM ne peut alors pas confirmer la présence du patient dans l’hôpital ou préciser son état.
  • Une hospitalisation est une situation stressante pour les patients et leur famille. La priorité du CUSM consiste à prodiguer des soins compatissants de qualité aux patients et à soutenir les familles pendant cette période difficile. Les patients et leur famille ne désirent peut-être pas la participation des médias, et nous demandons aux médias de respecter leur souhait.