Et le gagnant est...

Le projet Gestion du temps d’attente des patients en radiothérapie remporte le Challenge Q+

Lors d’une cérémonie qui s’est déroulée hier après-midi, le Centre universitaire de santé McGill (CUSM) a accordé, dans le cadre du Challenge Q+ 2014, une subvention de 150 000 $ pour la réalisation d’un projet qui vise à améliorer l’expérience des patients. Le projet a comme objectif de mieux combler les attentes des patients en radiothérapie et leur expliquer les raisons du temps d’attente pour l’obtention de soins au Département de radio-oncologie du CUSM. 

Le projet Gestion du temps d’attente des patients en radiothérapie remporte le Challenge Q+
Dre Carolyn Freeman, Normand Rinfret, Gwen Nacos, Dr Tarek Hijal, professeur Laurie Hendron, Valerie Shannon  

« Notre département reçoit quelque 3 500 patients en consultation, 10 000 en rendez-vous de suivi, et 40 000 traitements de radiothérapie sont programmés chaque année, explique le co-directeur du projet, le Dr Tarek Hijal, oncologue au CUSM. En adoptant une approche personnalisée pour le temps d’attente de nos patients, ces derniers seront en mesure de planifier leurs activités quotidiennes et de gérer leurs horaires en toute confiance, ce qui permettra de réduire le temps passé en salle d’attente et ainsi de diminuer le niveau d’anxiété associé à l’incertitude quant au temps d’attente en radiothérapie. Le fait d’expliquer au patient sa situation contribuera à le rassurer pendant la période d’essai du projet. »

L’inquiétude relativement au temps d’attente constitue un facteur déterminant dans la satisfaction générale des patients en radiothérapie, mais on néglige le plus souvent les effets de cette inquiétude. C’est également une source de stress pour le personnel hospitalier, qui doit jongler avec les horaires et répondre de façon imprécise aux questions et aux préoccupations des patients et de leurs proches. 

Selon Normand Rinfret, directeur général et chef de la direction du CUSM, l’un des grands défis actuels dans le domaine des soins de santé est la gestion des attentes. « Ce projet aidera à améliorer les choses à cet égard, car il permettra de mieux informer le patient. »  

L’équipe gagnante regroupe des spécialistes de trois domaines : le Dr John Kildea, en physique médicale, le Dr Tarek Hijal en radio-oncologie et Laurie Hendren, professeure à l’École des sciences informatiques, qui a elle-même suivi un traitement de radiothérapie récemment.  

Selon la représentante des patients sur le comité de sélection, Lisa Rosati-White, le comité a apprécié le fait que ce projet soit véritablement axé sur le patient. « L’équipe qui a conçu ce projet a obtenu une majorité de votes de la part des membres du comité en raison de son engagement total envers le patient, mais je dois dire que le choix du gagnant fut extrêmement difficile, car plusieurs projets soumis étaient d’une grande qualité. Malheureusement, un seul projet pouvait être choisi. »

Valerie Shannon, présidente de la Corporation de l’Hôpital général de Montréal, a joué un rôle déterminant dans la création du Challenge Q+. Ex-directrice du Département des soins infirmiers et présidente du comité de sélection, Mme Shannon a souligné que le comité a voulu mettre clairement l’accent sur l’amélioration de la qualité et sur l’atteinte d’objectifs mesurables au terme de la période d’essai d’un an, de même que sur la capacité d’implantation à long terme du projet dans d’autres secteurs de l’organisation. 

L’un des principaux objectifs du concours Challenge Q+ est de promouvoir, soutenir et récompenser une culture de la qualité. « Il y a de plus en plus de données qui démontrent que de travailler en partenariat avec le patient et de favoriser la collaboration interprofessionnelle améliore l’expérience des patients et de leurs familles, tout en améliorant aussi les résultats sur le plan de la santé, a souligné Patricia Lefebvre, directrice du Département de la qualité, de la sécurité des soins et de la performance. Voilà pourquoi l’une des priorités du CUSM est d’encourager et de soutenir l’excellence et la collaboration en matière de qualité des soins. »

En conclusion, Gwen Nacos, représentante du conseil d’administration du CUSM et présidente du comité Qualité et Gestion des risques du CUSM, a mentionné : « Nos patients doivent se préoccuper en tout premier lieu de leur santé et leurs familles doivent être convaincues que leurs proches sont pris en charge de la meilleure façon qui soit. »

 

Nous tenons à remercier le comité de sélection qui a mis son temps et son expertise au service du processus de sélection :

Vincenzo Ciampoi, Gwen Nacos, Lisa Roasati-White, Sophie Baillargeon, Christos Calaritis, Brenda Levine, Patty O’Connor, Marie-Claire Richer et Patricia Lefebvre

Merci pour le temps que vous y avez consacré et pour votre expertise.