Possibilités de carrière en soins infirmiers au CUSM. En savoir plus .

Quand serai-je complètement remis ? Une nouvelle étude met en lumière le point de vue des patients sur le rétablissement postopératoire

La signification du rétablissement dépasse les paramètres cliniques traditionnels

Montréal, ─ « Combien de temps me faudra-t-il pour me rétablir ? » est la question typique que posent les patients lorsqu’ils apprennent qu’ils doivent subir une chirurgie abdominale. La réponse devrait tenir compte du point de vue des patients sur la signification de « rétablissement », soutient une équipe de chercheurs de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) dans une étude récente publiée en ligne dans JAMA Surgery. Leurs résultats indiquent que pour les patients, la signification du rétablissement va au-delà des paramètres cliniques traditionnels couramment évalués dans la recherche en chirurgie et englobe un jeu de facteurs physiques, psychologiques et sociaux qui devraient être abordés par les chirurgiens et les patients dans leurs discussions sur le rétablissement.

La chirurgie abdominale — notamment la résection d’un cancer de l’abdomen, l’ablation de l’appendice, l’ablation de la vésicule biliaire et la réparation d’une hernie — est le type d’intervention chirurgicale demandant une hospitalisation le plus courant en Amérique du Nord. Néanmoins, le rétablissement postopératoire reste difficile à définir ou à mesurer, car tous les acteurs impliqués dans la chirurgie, notamment les patients, les chirurgiens, les infirmières, les administrateurs d’hôpitaux et les décideurs politiques, peuvent avoir des points de vue différents.

« Comme l’impact de la chirurgie abdominale est principalement ressenti par les patients, il est essentiel de comprendre ce que signifie le rétablissement pour eux, et c’est ce que nous avons cherché à faire dans cette étude », déclare le Dr Julio F. Fiore Junior, scientifique au sein du Programme de recherche : blessure, réparation, récupération à l’IR-CUSM et chercheur principal de cette étude.

Dans cette étude internationale, 30 patients ont été interrogés après avoir subi différentes interventions chirurgicales à l’abdomen dans quatre pays différents (Canada, Italie, Brésil et Japon). Ils ont répondu à des questions ouvertes telles que : Avez-vous le sentiment d’être complètement rétabli ? Quand vous sentirez-vous complètement rétabli ? D’autres questions portaient sur les défis et les difficultés survenus durant leur processus de guérison. Une analyse thématique qualitative a été réalisée et des thèmes récurrents reflétant la signification du rétablissement ont été identifiés.

Retour à la vie normale

Les personnes interrogées ont attribué le rétablissement postopératoire à la reprise des habitudes et routines antérieures, à la résolution des symptômes et des tensions mentales causés par la chirurgie, à l’autonomie retrouvée dans les tâches quotidiennes et au fait de profiter de la vie. 

« Les études portant sur les stratégies visant à améliorer le rétablissement, telles que la chirurgie à effraction minimale et les trajectoires de soins chirurgicaux se concentrent généralement sur la durée du séjour à l’hôpital, les taux de complication ou les variables biologiques/physiologiques. Bien que ces paramètres soient pertinents pour les cliniciens et les autres acteurs de la santé, ils ne reflètent pas la complexité du processus de rétablissement et ne rendent pas pleinement compte de la perspective des patients, » explique le Dr Fiore, qui est également professeur adjoint (recherche), au département de chirurgie de l’Université McGill.

« Nous avons pu dresser un tableau clair de ce qui importe aux patients », explique la première auteure de l’étude, Fateme Rajabiyazdi, qui était boursière postdoctorale au moment de l’étude. « Par exemple, nous avons constaté que la reprise des activités de la vie quotidienne préopératoire, comme travailler, faire de l’exercice ou s’occuper des enfants ou des petits-enfants, était un élément important du rétablissement complet. »

Ne pas ressentir de douleur, retrouver l’appétit et surmonter les problèmes digestifs seraient d’autres indicateurs du rétablissement. De même, surmonter les inquiétudes quant à la possibilité que la douleur persiste et aux résultats chirurgicaux à long terme serait un autre aspect important du rétablissement, tout comme le fait de pouvoir sourire, danser et s’amuser à nouveau. Enfin, être capable d’accomplir des tâches quotidiennes sans aide, comme sortir du lit, s’habiller et éventuellement conduire, serait également un élément important d’un complet rétablissement.

« L’approche centrée sur le patient est une composante essentielle des soins de santé de haute qualité, et la littérature récente préconise que le rétablissement postopératoire soit mesuré à l’aide de mesures des résultats rapportées par les patients », explique la Dre Liane Feldman, co-chercheuse principale de l’étude, chirurgienne en chef et directrice de la Mission chirurgicale du CUSM et directrice du Département de chirurgie de la Faculté de médecine et des sciences de la santé de McGill. « Nos résultats devraient donc éclairer l’élaboration de stratégies centrées sur le patient pour mesurer et améliorer les résultats postopératoires. »

 

Dr Julio F. Fiore Junior
Le Dr Julio F. Fiore Junior, scientifique à l’IR-CUSM et chercheur principal de cette étude, et la Dre Liane Feldman, co-chercheuse principale de l’étude, chirurgienne en chef et directrice de la Mission chirurgicale du CUSM

À propos de l’étude

L’étude Understanding the Meaning of Recovery to Patients Undergoing Abdominal Surgery a été réalisée par Fateme Rajabiyazdi, Roshni Alam, Aditya Pal, Joel Montanez, Susan Law, Nicolò Pecorelli, YusukeWatanabe, Luciana D. Chiavegato, Massimo Falconi, Satoshi Hirano, Nancy E.Mayo, Lawrence Lee; Liane S. Feldman et Julio F. Fiore Jr

DOI: 10.1001/jamasurg.2021.1557

À propos de l’IR-CUSM

L’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) est un centre de recherche de réputation mondiale dans le domaine des sciences biomédicales et de la santé. Établi à Montréal, au Canada, l’institut, qui est affilié à la faculté de médecine de l’Université McGill, est l’organe de recherche du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) – dont le mandat consiste à se concentrer sur les soins complexes au sein de sa communauté. L’IR-CUSM compte plus de 450 chercheurs et environ 1 200 étudiants et stagiaires qui se consacrent à divers secteurs de la recherche fondamentale, de la recherche clinique et de la recherche en santé évaluative aux sites Glen et à l’Hôpital général de Montréal du CUSM. Ses installations de recherche offrent un environnement multidisciplinaire dynamique qui favorise la collaboration entre chercheurs et tire profit des découvertes destinées à améliorer la santé des patients tout au long de leur vie. L’IR-CUSM est soutenu en partie par le Fonds de recherche du Québec – Santé (FRQS). ircusm.ca

Personne-ressource pour les médias

Fabienne Landry
Coordonnatrice des communications, Recherche
Centre universitaire de santé McGill
fabienne.landry@muhc.mcgill.ca