Dix ans plus tard : le Collège Dawson se remémore la fusillade et tire des leçons de cette tragédie

En ce 10e anniversaire de la fusillade, nous avons discuté avec deux des médecins qui ont joué un grand rôle au sein des services qui ont soigné les victimes

Le 13 septembre 2006, le Collège Dawson a été transformé à jamais lorsqu’un homme armé s’est introduit sur le campus et a ouvert le feu aléatoirement sur des personnes qui s’y trouvaient. L’Hôpital général de Montréal a joué un rôle important dans cette tragédie en traitant les victimes de la fusillade. Le centre de taumatologie est situé à cinq minutes du Collège Dawson et la première victime y a été transportée moins de dix minutes après la réception du premier appel d’Urgences-santé.

JardinEn ce 10e anniversaire de la fusillade, nous avons discuté avec deux des médecins du CUSM qui ont joué un grand rôle au sein des équipes des services traumatologiques et psychosociaux qui ont soigné les victimes. Nous leur avons demandé de nous faire part de leurs réflexions sur ce qui s’est produit ce jour-là.

Dr Tarek Razek, directeur du programme de traumatologie adulte

« Ce qui m’a frappé alors que je travaillais avec l’équipe de l’Hôpital général de Montréal est la résilience démontrée autant par les personnes touchées directement que par nos équipes des soins cliniques et traumatologiques, la manière dont la ville a répondu, incluant les services policiers, les premiers répondants, les techniciens ambulanciers et nos propres services, et comment chacun a été à la hauteur du défi et a accompli ce qui devait être fait. En outre, cela a encouragé notre ville à créer un milieu de formation beaucoup plus proactif et adapté à ce type d’événements tragiques pouvant survenir dans un contexte urbain comme le nôtre. »

Dre Nadia Szkrumelak, psychiatre en chef, Mission de santé mentale

« Il a été impressionnant de constater comment cette tragédie a galvanisé la réponse psychosociale. Dès le moment où nous avons entendu ce qui se passait, une équipe multidisciplinaire s’est formée dans le but d’évaluer les besoins psychologiques des victimes, d’accueillir les membres de leur famille et leurs amis, et de leur offrir du soutien. Au cours des jours et des semaines qui ont suivi l’événement, nous avons collaboré étroitement avec la communauté de Dawson pour organiser la réouverture de l’établissement et pour offrir, aux côtés de nos partenaires communautaires, le soutien psychologique dont les étudiants et le personnel avaient besoin. »

Après l’incident survenu au Collège Dawson, le CUSM a mené une importante séance de débreffage, et s’est servi de l’expérience pour préciser et améliorer ses plans en cas de crise externe. Le plan en cas de Code orange (terme utilisé pour décrire une situation d’urgence externe grave) a été utilisé à titre de modèle à suivre par les hôpitaux, autant au Québec que dans le reste du Canada. Depuis l’incident survenu au Collège Dawson, le CUSM a, en partenariat avec les services policiers de Montréal, Urgences-santé, la Ville de Montréal et les Forces armées canadiennes, mené trois simulations à grande échelle afin de mettre à l’essai et de peaufiner son plan de mesures d’urgence.

En 2010, une équipe de recherche du CUSM et le Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal ont présenté les constats tirés d’une étude de trois ans sur l’évaluation du plan d’intervention psychologique en cas d’urgence. Jusque-là, peu d’études avaient été menées à l’égard des répercussions psychologiques sur les survivants de tels événements, et aucune recherche n’avait évalué l’efficacité des interventions psychologiques. L’une des recommandations émises par l’équipe de recherche était la création du programme d’intervention SÉCURE (Soutien, Évaluation et Coordination Unifiés pour le Rétablissement et l’Éducation). Le programme SÉCURE compterait sur la participation des institutions d’enseignement, des services sociaux et de différents ministères du gouvernement du Québec, de manière à ce que ces intervenants soient en mesure de travailler en étroite collaboration pour offrir des services rapidement et efficacement, advenant un incident semblable.

Le Collège Dawson souligne l’anniversaire de la fusillade en organisant la Semaine de la paix, lancée par une cérémonie tenue au Jardin de la paix de l’établissement le 13 septembre. Pour obtenir de plus amples renseignements, allez au https://www.dawsoncollege.qc.ca/peace-centre/peace-week/.

La recherche sur les effets psychologiques de la fusillade au Collège Dawson permet de mieux comprendre les troubles de stress post-traumatique

https://cusm.ca/newsroom/nouvelles/Dawson-recherche-sur-les-impacts-psychologiques

Le match de la vie
https://cusm.ca/trauma/page/match-vie

Simulation Code Orange
https://cusm.ca/newsroom/article/simulation-code-orange